/news/politics
Navigation

Legault reproche aux libéraux d’avoir sous-estimé les coûts de Lab-École

Legault reproche aux libéraux d’avoir sous-estimé les coûts de Lab-École
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault et le Parti libéral du Québec (PLQ) se sont relancé la balle à jeudi à savoir qui était responsable pour les dépassements de coûts du projet Lab-École.

« Le projet de Lab-École a été lancé par Sébastien Proulx lorsqu’il était ministre de l’Éducation libéral. Malheureusement, quand on regarde le mandat qui a été donné à Lab-École et les estimations de coût pour les écoles, il y avait une erreur importante, donc les coûts ont été sous-estimés », a lancé le premier ministre François Legault pendant la période de questions.

Certains projets de Lab-École ont reçu jusqu’à 1,3 million $ par classe de maternelle quatre ans, soit 13 fois plus que les 100 000 $ par classe évoqués en campagne électorale par la Coalition avenir Québec (CAQ).

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Le chef par intérim du PLQ, Pierre Arcand, a ainsi accusé le gouvernement de « changer les règles du jeu » en incluant des classes de maternelle 4 ans dans les projets de Lab-École.

« À l’origine [...] c’était un projet bien géré, qui devait définir l’école du futur. Avec l’implantation forcée des maternelles quatre ans par la CAQ dans le projet, ce sont maintenant les services aux élèves qui écopent », a-t-il lancé au salon bleu.

« Concours d’incompétence »

« Est-ce qu’ici il y a un concours d’incompétence, parce qu’il y a la palme d’or, là, en ce moment, là ? » a par la suite lancé la députée libérale Marwah Rizqy à l’endroit du ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, qui accusait le PLQ d’avoir sous-estimé les coûts.

Selon Pierre Lavoie, un des fondateurs de Lab-École, les budgets prévus initialement avaient été fixés en fonction d’anciens modèles d’établissements scolaires. « Le gouvernement avait évalué qu’avec deux millions de dollars, on allait être correct. L’exercice de consultation sur le terrain a toutefois révélé que l’espace dans les écoles était insuffisant, d’où les investissements supplémentaires, a-t-il affirmé.