/sports/ski
Navigation

Les casques de ski n’empêchent pas les blessures graves à la tête

Les casques de ski n’empêchent pas les blessures graves à la tête
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle étude montre que les casques de sports d’hiver ne protègent pas autant la tête qu’on pourrait le penser.

Des chirurgiens traumatologues du Centre médical Dartmouth-Hitchcock situé dans le New Hampshire ont compilé les données de skieurs ou planchistes blessés sur une période de huit ans.

Ils ont étudié les cas de 700 patients (65 % avec casque et 35 % sans casque) provenant de 35 centres de ski du New Hampshire et du Vermont après avoir remarqué que les blessures à la tête ne diminuaient pas malgré l’augmentation constante du port du casque.

Les médecins ont découvert que les skieurs qui portaient un casque avaient moins de risques de souffrir d’une fracture du crâne. Ils ont toutefois noté que ces amateurs de sports d’hiver étaient deux fois plus susceptibles de subir de graves blessures, notamment une hémorragie cérébrale.

Selon la docteure Eleah Porter, les porteurs d'un casque font souvent des chutes d’une plus grande hauteur, et sont plus portés à entrer en collision avec des objets stationnaires comme des arbres.

Avec ses collègues, elle a noté que ces derniers seraient souvent plus expérimentés que les non-porteurs de casque et prendraient donc plus de risques sur les pistes.

Cette étude publiée ce mois-ci dans le «Journal of Trauma and Acute Care Surgery» est semblable à une autre qui était parue dans la même revue scientifique en 2017.