/world/america
Navigation

Six millions de Latino-Américains vont tomber dans l’extrême pauvreté en 2019

HONDURAS-WEATHER-DROUGHT-EL NI�O
Photo d'Archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

Santiago du Chili | Six millions des quelque 620 millions de Latino-Américains vont sombrer dans l’extrême pauvreté en 2019, un appauvrissement qui se confirme dans cette région depuis 2015, a révélé jeudi une agence des Nations unies dans un rapport.   

«En 2019, le nombre de personnes tombant dans la pauvreté passerait à 191 millions, dont 72 dans l’extrême pauvreté», selon la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC).    

Cela équivaut à six millions de pauvres de plus que les 185 millions comptabilisés en 2018 par la CEPALC.    

«Pratiquement toutes les personnes qui viennent s’ajouter cette année à cette statistique de pauvreté intègrent directement (la catégorie) extrême pauvreté», souligne le rapport présenté à Santiago.   

Cela concerne les foyers dont le revenu par habitant ne permet pas de s’acheter le panier de la ménagère.    

Selon la CEPALC, le taux de pauvreté devrait ainsi augmenter de 0,7 point de pourcentage cette année, passant de 30,1 en 2018 à 30,8%. Côté extrême pauvreté, le taux passe de 10,7 à 11,5%, soit une augmentation de 0,8 point de pourcentage.   

L’extrême pauvreté «affecte principalement les enfants et les adolescents, les femmes, les indigènes et les Afro-descendants, les résidents des zones rurales et les personnes au chômage», précise le rapport.    

«C’est une situation de vulnérabilité extrême, les personnes peuvent passer d’une situation à l’autre (de pauvreté à extrême pauvreté) en cas de perte d’emploi, de maladie ou de catastrophe (naturelle)», a déclaré Lais Abramo, directrice du développement social de la CEPALC.   

La faible croissance des économies régionales, qui devraient progresser en moyenne de 0,1% cette année, le manque de programmes sociaux et la précarité des emplois expliquent cette tendance que les gouvernements d’Amérique latine ont du mal à inverser.    

«La préoccupation principale est qu’en 2019 la perspective n’est pas très positive. C’est pour cela que nous tirons le signal d’alarme et que nous soulignons ce qu’il faut faire pour éviter que cette pauvreté se renforce, comme augmenter les pensions (de retraite) de base», a déclaré de son côté Alicia Barcena, la secrétaire exécutive de la CEPALC.