/qubradio
Navigation

Sophie Durocher lit des insultes qu'elle reçoit en ondes

Sophie Durocher lit des insultes qu'elle reçoit en ondes
JOCELYN MALETTE/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Sophie Durocher a lu sur les ondes de QUB radio, jeudi, plusieurs exemples de commentaires haineux et vulgaires qui lui ont été adressés sur les réseaux sociaux, certains provenant même de personnalités connues. 

«Je me demande combien de pénis Sophie Durocher a dû sucer pour avoir sa chronique dans le "Journal de Québec"», est l'un de ces commentaires. 

«Je la comprends d’être mal enculée et mal baisée comme ça, elle couche avec son alter ego masculin», écrit une autre personne. 

«Sophie Durocher est capable de mettre sa graine dans la plotte de Richard Martineau» ou «Elle doit en avoir plein des petits moustiques là où Martineau aime aller jouer», écrivent des gens. 

Des messages sexualisés et dégradants comme ceux-ci, la chroniqueuse et animatrice de QUB radio en a reçu à la pelletée au fil des ans. 

Elle a partagé ces messages au lendemain d'un geste semblable fait par la députée solidaire Christine Labrie à l'Assemblée nationale. 

Insultée par des personnalités connues 

Parmi les personnalités du monde artistique connues du public qui se sont elles aussi prêté au jeu de l’intimidation à son endroit, elle nomme la comédienne Catherine Brunet, qui a écrit sur son compte Twitter il y a cinq ans: «Pour m’endormir, je ne compte pas les moutons, j’essaie d’imaginer la vie sexuelle de Richard Martineau et Sophie Durocher». 

Le rappeur St-Saoul a quant à lui écrit sur ses réseaux sociaux: «Sophie Durocher a fermé sa page Facebook. Bravo à tous ceux qui ont pris le temps de lui écrire à propos du sable contenu dans sa cavité vaginale». 

De la part du musicien et entrepreneur Hugo Mudie, elle a eu droit à ce commentaire: «Ma résolution de 2018: me sacrifier et me pogner Richard Martineau juste pour voir pleurer Sophie Durocher». 

L’humoriste Kevin Bonneau a pour sa part écrit: «Justin Trudeau se déguise pour aller en Inde, Richard Martineau se déguise en journaliste pour chialer, je suis certain que Sophie Grégoire et Sophie Durocher couchent ensemble». 

Le fédéral devrait légiférer, selon Jasmin Roy 

En réaction aux commentaires lus par Sophie Durocher en ondes, Jasmin Roy, dont la fondation a pour mission de lutter contre l’intimidation, affirme que le «sexisme systémique» est encore trop présent sur les réseaux sociaux. 

Lorsqu’ils s’adressent aux femmes, les commentaires sont plus souvent dégradants et sexualisés que lorsqu’ils s’adressent aux hommes, note-t-il. 

GP450

«On revient toujours aux parties génitales. Ça, c’est inquiétant», a-t-il dit jeudi. 

Selon M. Roy, bien que le problème soit d’abord et avant tout sociétal, il en revient aux instances gouvernementales d’agir. 

«C’est au fédéral de légiférer là-dessus. Pourquoi le fédéral ne fait rien?» a-t-il demandé, estimant que le gouvernement fait preuve d’«immobilisme politique face à ce fléau».

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions