/lifestyle/food
Navigation

«À la maison, c’est moi le chef... de la cuisine»

Marc Dupré
Photo Pierre-Paul Poulin Marc Dupré

Coup d'oeil sur cet article

Marc Dupré remercie constamment la vie, qui le gâte avec son métier de chanteur et qui le comble avec sa femme, ses enfants et sa famille. Il se sent aussi choyé de la présence de ses amis avec qui il adore rire et partager ses nombreux projets. D’ailleurs, Marc virevolte d’un projet à un autre. Son nouvel opus, Rien ne se perd, vient de sortir. Il sera évidemment de la nouvelle saison de La Voix; les auditions ont déjà lieu. Il vient aussi de lancer officiellement ses vodkas Cherry River avec son partenaire de toujours, Francis Delage. Côté cuisine, on sent chez Marc cette même passion, à tel point qu’il avoue candidement préparer plusieurs repas à ses enfants qui n’aiment pas la même chose. Un papa gâteau dans tous les sens du terme.

Questionnaire gourmand

Café ou thé ?

Définitivement café, je m’en fais un bon, un double espresso. Je suis plutôt lunch que petit-déjeuner, même si je me lève tôt, vers 6 h, je n’ai pas faim. Le café par contre, c’est un incontournable.

Café-croissant ou gruau et fruits ?

Ni l’un ni l’autre.

Beurre ou margarine ?

Du beurre, assurément, à manger et à cuisiner.

Pain tranché ou baguette ?

Baguette, j’adore.

Fromage ou dessert ?

Je ne suis pas vraiment bec sucré, mais par contre le fromage, ça, oui. C’est même un petit péché mignon.

Viande ou poisson ?

C’est vrai que je mange souvent du poisson, au restaurant comme à la maison, puisque j’en cuisine aussi chez moi. Mais je dois être honnête, un bon steak, de temps en temps, il n’y a rien de meilleur pour moi.

Salade ou frites ?

Bon là, je vais te surprendre, mais j’adore la salade. Évidemment, pas juste quelques feuilles vertes, mais une belle salade composée, bien assaisonnée avec de l’halloumi. Je fais aussi une bonne salade fattouche. Les frites, oui, j’en pique quelques-unes dans le plat ou l’assiette du voisin, mais pas plus.

Végé ou carné ?

Je mange beaucoup de légumes, mais je ne suis ni végane ni végétarien, donc plutôt carné, mais je peux aussi dire que je pourrais me passer de viande. Alors que les salades composées maison ou les légumes, c’est plus difficile de m’en passer.

Resto ou livraison ?

J’adore aller au restaurant, sinon à la maison, c’est moi le chef... de la cuisine.

Caramel ou chocolat ?

Spontanément, je vais répondre caramel, un gâteau au chocolat et caramel aussi, mais à choisir entre les deux, c’est vraiment caramel en premier.

Huile d’olive ou huile de canola ?

J’ai tendance à utiliser principalement l’huile d’olive, un peu pour tout, d’ailleurs.

Gâteau ou biscuit ?

Même si je ne suis pas très sucré, je vais quand même préférer le gâteau, surtout le Red Velvet.

Gastro ou bistro ?

J’adore la cuisine bistro, pas seulement pour l’ambiance et les plats qui répondent parfaitement à mes besoins et mes goûts. C’est très réconfortant, on devine, dans ce genre de plats, le plaisir de faire plaisir, c’est comme à la maison, et parfois en mieux.

Bière ou vin ?

Vin. La bière, je n’en bois pas souvent.

Blanc ou rouge ?

Je préfère un verre de vin rouge. Dans les dernières années, j’ai découvert les vins italiens. D’ailleurs, je reviens d’Italie et c’est incroyable comment j’ai adoré découvrir les vignobles italiens. J’ai aimé ma période Bordeaux, Bourgogne, mais là, je suis dans une période découverte. Brunello, Les Pouilles, La Vénétie, Émilie-Romagne, Les Marches... Tout un monde à découvrir, pareil pour la délicieuse nourriture et l’accueil incroyable.

Bulles ou cocktail pour l’apéro ?

Là, je suis obligé de dire cocktail, car avec mon partenaire, ami et agent, Francis Delage, je viens de mettre en marché trois vodkas Cherry River. Ce fut très compliqué à faire, ça fait presque cinq ans qu’on y pense et on y travaille fort. Les commentaires des professionnels et des amateurs nous ont confortés et rassurés. Je voulais bien faire les choses et être sûr de la qualité du produit. Je voulais que le produit soit la vedette, pas moi. Maintenant, je peux dire que je suis partenaire dans ce projet, et en plus j’en suis fier, car il est exactement ce dont nous avions rêvé.

Présente-moi ton accessoire de cuisine fétiche et pourquoi l’avoir choisi.

J’ai un couteau japonais que j’ai eu en cadeau dont je ne peux plus me passer. Il est original, car il est rectangulaire, droit, sans bout pointu, mais pour trancher, tailler, c’est incroyable comment il est efficace.

Pour toi, un repas et une soirée parfaite, c’est quoi ?

Moi, pourvu que le monde soit heureux, je suis heureux, et c’est vrai que j’aime faire plaisir. Avec ma femme, Anne-Marie, on fait une bonne équipe.

Il va y avoir généralement plus à manger que moins. J’aime savoir que personne ne manquera de rien. Puisque tu me poses la question et que je n’ai jamais réalisé la chose, je me rends compte que je cuisine un peu plus italien lorsque je reçois. Des charcuteries, des fromages, de la mozzarella di buffala, des olives, beaucoup de petites choses à grignoter à l’apéro et en entrée. Un bon plat braisé ensuite, ou des grillades, des fromages, un dessert pour les becs sucrés, de la musique, des rires, le bonheur en toute simplicité.

As-tu une recette chouchou que tu fais à tes invités ?

Marc Dupré
Photo Adobe Stock

Mon osso buco, je sais que c’est un grand classique et tout le monde adore, mais tu peux aussi le rater, et c’est bien dommage. J’adore prendre mon temps avec cette préparation. Le choix de la viande d’abord, avec un gros os à la moelle pour la dégustation avec une tranche de pain grillé. La viande doit se détacher de l’os, la sauce onctueuse, la petite gremolata en finale.

Raconte-moi la réalisation culinaire dont tu es le plus fier.

Un maniaque de raclette
Photo Adobe Stock
Un maniaque de raclette

Mon osso buco, puisque tout le monde me dit qu’il est très bon. Mais je suis un maniaque de raclette. J’ajoute de la mimolette râpée finement sur le bon fromage à raclette du Québec. Je les laisse fondre ensemble avec des petits condiments. C’est évidemment très simple, mais je vois le bonheur dans les yeux de mes invités. Aussi, le poisson grillé à la Milos, les arêtes enlevées, le poisson complètement ouvert et grillé, un filet d’une bonne huile d’olive, un soupçon de jus de citron, le bonheur.

Dis-nous que tu rates les choses à l’occasion et qu’il t’est déjà arrivé de servir un plat complètement raté...

Je dois dire bien humblement que mon talent se passe sur le poêlé, mais au four, j’ai de la misère. Il faut dire qu’il date un peu, mais si je n’ouvre pas la porte tout le temps pour vérifier, la cuisson va être catastrophique et malheureusement, ça arrive souvent.

Boutique culinaire gourmande chouchou ?

L’Adresse gourmande à Mascouche, c’est une épicerie fine, c’est super.

Carnets d’adresses

Tes restos préférés ?

Milos. Park. Primi Piatti. Inferno. L’Express, je vide le pot de cornichons presque chaque fois.

Resto préféré pour sortir en tête-à tête ?

Europea. Barroco.

Resto préféré à l’extérieur de Montréal ?

  • Bière et compagnie à Terrebonne, je les adore.
  • Grizzly, aussi à Terrebonne, une belle carte des vins aussi.

Produits culinaires chouchous ?

Ail.

Souvenir de recette mémorable ?

Le lièvre de mon grand-père, son canard à l’orange, le bœuf bourguignon, la bouillabaisse... Les souvenirs sont impérissables.

Recette fétiche ?

Mon carré d’agneau avec un beurre aux dattes, un plat simple, mais c’est très bon.

Ce que tu aimes le plus ?

Faire à manger à mes enfants, leur transmettre le bonheur de bien manger. Et ça marche ! Pour ses 17 ans, mon plus vieux a demandé d’aller manger chez Europea comme cadeau d’anniversaire.

Gourmandise coupable ?

Les croustilles, toutes sortes... même la nuit, c’est devenu une blague à la maison.

Ton style de cuisine préféré ?

La cuisine italienne, québécoise, française, vietnamienne.