/world
Navigation

Accord de libre-échange nord-américain: le négociateur mexicain prudent

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le négociateur commercial du Mexique s’est dit vendredi prudemment optimiste sur une finalisation prochaine du nouvel accord de libre-échange trilatéral (AEUMC) avec le Canada et les États-Unis, après avoir rencontré des responsables canadiens à Ottawa.  

L’AEUMC est une refonte de l’Accord de libre-échange nord-américain vieux de 25 ans, mais l’entrée en vigueur de ce nouvel accord modernisé est en attente du feu vert des démocrates américains, qui ont la majorité à la chambre basse du Congrès aux États-Unis.  

«Si les amendements sont acceptables, [s’il s’agit] d’améliorations, je ne vois pas pourquoi nous ne serions pas en train de nous serrer la main la semaine prochaine» pour sceller l’accord, a dit Jesus Seade à la presse.  

«Puis avec beaucoup de discipline, les législateurs de chaque pays [pourraient ratifier l’accord] d’ici la fin de l’année», a-t-il ajouté.  

«Je crois que c’est possible», a-t-il encore dit. Mais «si quelque chose de compliqué se présente et qu’il faut en discuter et que nous devons encore retourner vers les législateurs démocrates [américains] et tout ça, alors ça pourrait prendre plus de temps et [aller] jusqu’à l’année prochaine».  

Plus tôt, M. Seade s’était entretenu avec le premier ministre canadien, Justin Trudeau, et la vice-première ministre Chrystia Freeland.  

«Nous savons qu’il y a encore un peu de travail en plus à faire», a dit M. Trudeau au début de la rencontre.  

Nancy Pelosi, cheffe des démocrates américains à la Chambre des représentants, négocie actuellement avec l’administration Trump les modifications du texte portant sur le droit du travail, mais aussi des questions d’environnement et de mécanisme de règlement des différends.   

Des demandes qui concernent essentiellement le Mexique, les syndicats américains craignant une concurrence déloyale.  

Pour l’instant, seul Mexico a ratifié le texte. Le Canada a précisé qu’il ratifierait l’accord en même temps que les États-Unis.