/investigations/transports
Navigation

Montréal accusée de faire du pavage électoral

Les élus de Projet Montréal seraient favorisés

neige chantier
Photo d'archives, Cédérick Caron Le chantier de la rue Saint-Hubert est un exemple de projet mené dans un arrondissement dirigé par des élus du parti Projet Montréal de la mairesse Valérie Plante.

Coup d'oeil sur cet article

Y a-t-il du « pavage électoral » à Montréal ? C’est ce que soutient l’opposition officielle à Montréal, qui considère que la vaste majorité des soixante grands chantiers prévus l’an prochain seront réalisés dans des arrondissements dirigés par le parti de la mairesse Valérie Plante. 

Sur une liste de 56 grands chantiers prévus l’an prochain, seulement huit auront lieu dans des arrondissements où Projet Montréal n’est pas majoritaire. 

Il s’agit des projets intégrés, soit ceux qui nécessitent l’intervention de plusieurs services municipaux. L’argent pour les réaliser vient de l’administration centrale.

Du favoritisme

On y trouve notamment les chantiers des rues Sainte-Catherine et Saint-Hubert.

« C’est du favoritisme pur et simple. Projet Montréal privilégie les arrondissements où ils ont été élus et pénalise les citoyens des arrondissements qui n’ont pas voté pour eux », lance le chef de l’opposition officielle, Lionel Perez. 

Aucun des projets proposés dans les arrondissements Montréal-Nord, Saint-Léonard et Saint-Laurent, dirigés par son parti, Ensemble Montréal, n’a été retenu pour 2020, fait état cette même liste. 

La conseillère à Montréal-Nord, Chantal Rossi, a même qualifié cette planification de travaux de « pavage électoral », lundi, au conseil municipal.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Pas de commande 

La porte-parole de l’administration Plante, Laurence Houde-Roy, réfute les allégations de commande politique. 

« La majorité des projets sont prévus depuis environ cinq ans, indique-t-elle. La priorité est donnée selon la vétusté des infrastructures souterraines. Évidemment, il y en a plus dans les arrondissements centraux [dirigés par Projet Montréal]. »

Responsable des infrastructures dans l’administration du maire Denis Coderre, Lionel Perez croit qu’il « faut être naïf pour croire que c’est une coïncidence ». 

« Les services viennent avec des propositions, mais c’est le comité exécutif et les responsables politiques qui vont diriger les priorités », assure-t-il.

Mme Houde-Roy ajoute que les projets intégrés ne sont « qu’une partie » des chantiers routiers de la ville. Selon des données fournies par l’administration, des travaux de pavage auront lieu dans tous les arrondissements en 2020, à l’exception d’Outremont, un arrondissement dirigé par Projet Montréal.