/entertainment/opinion/columnists
Navigation

T’es une truie

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, à l’Assemblée nationale, Christine Labrie de QS a dénoncé la cyberintimidation et lu des messages haineux qu’elle reçoit. Les femmes, ça dérange. Les femmes d’opinion, ça dérange encore plus.   

Mais ne pensez pas que dans le domaine artistique, ça se passe différemment.        

Messages d'amour   

«T’es une truie». «Charogne». «Chroniques de femme mal baisée». «Toi té tune pute charrue». «On s’en torche de ce que tu ressens. Farme ta yeule». «Va chier hypocrite, tu n’es rien». «Tu fais un travail de merde. T’es une merde, une vraie chienne, non une salope». «Mal baisée mal enculée».        

Ça fait des années que je reçois ces messages.  

Chaque jour. Plusieurs fois par jour.  

Mais ne pensez pas que ce ne sont que des «anonymes» qui m’écrivent des niaiseries. Voici un petit «bêtisier» glané dans le milieu artistique québécois.        

L’humoriste Kevin Bonneau : «Au nombre de torchons que Sophie Durocher écrit, j’comprends pas pourquoi on court encore les spéciaux sur le papier de toilette au Jean Coutu».        

Le musicien Hugo Mudie : «Ma résolution de 2018 : me sacrifier et me pogner Richard Martineau juste pour voir pleurer Sophie Durocher».        

Le rapper St-Saoul : «Si vous avez deux minutes, allez sur la page de Sophie Durocher lui dire d’enlever le sable de son vagin. Je souhaite presque du mal à cette journaliste».        

Et voici d’autres messages qui sont beaucoup moins virulents ou hargneux, mais plutôt juvéniles, de la part de gens qui prétendent qu’il faut «élever le débat».        

La comédienne Catherine Brunet : «Pour m’endormir, je ne compte pas les moutons ; j’essaye d’imaginer la vie sexuelle de Richard Martineau et Sophie Durocher».        

Le réalisateur Rafaël Ouellet : «Sophie Durocher, c’t’un genre de Tonya Harding avec pas de visou». Et «Lorsque vous voyez des concours pour des voyages passer, vous devriez inscrire Sophie Durocher et/ou Richard Martineau... par gentillesse».        

L’auteur Daniel Thibault : «Je vous invite à aider Sophie Durocher à écrire sa prochaine chronique en sacrant sur Twitter avec le hashtag #PourToiSophie. Criss». J’ai ensuite été inondée de messages avec des sacres.        

Il a aussi écrit : «Il m’arrive parfois d’imaginer que Sophie Durocher et Richard Martineau font l’amour en criant “ALLÔ” très très fort».        

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

  

Assez, c'est assez   

En 2015, j’ai porté plainte à la police contre le blogueur Gab Roy qui m’avait cyberintimidée en publiant sur Facebook un photomontage profondément dégradant.        

Il a été condamné à 240 heures de travaux communautaires, avec interdiction de s’approcher de moi, il a dû m’écrire une lettre d’excuses et il a été coupé d’internet pendant trois ans.        

Au DPCP, on m’a dit à quel point ma cause était importante car elle allait faire jurisprudence.        

J’en ai parlé longuement à Pénélope McQuade pour le documentaire Troller les trolls : c’est la seule et unique raison pour laquelle j’avais accepté de témoigner dans ce docu.        

Mais rien de ce que j’ai dit à ce sujet n’a été gardé au montage par le réalisateur Hugo Latulippe. Rien.        

Je me demande s’il aurait coupé au montage la cause d’une chroniqueuse de gauche... du Devoir, mettons.      

Édito de Sophie Durocher