/opinion/columnists
Navigation

Catherine Dorion n’est pas un monstre

Quebec Solidaire
Photo Agence QMI, Simon Clark Manon Massé prouve qu’elle n’a rien compris lorsqu’elle accuse les médias d’avoir dépeint Catherine Dorion comme un monstre.

Coup d'oeil sur cet article

Manon Massé se qualifiera pour la palme de la déclaration la plus étonnante de la semaine : « Catherine Dorion n’est pas le monstre que vous tentez de décrire ». Madame Massé parlait aux journalistes du lien entre la baisse de son parti dans les sondages et les incartades de sa députée.

Madame Massé confond tout. Personne ne décrit Catherine Dorion comme un monstre. L’immense majorité de ceux qui l’ont critiquée reconnaît son intelligence. Moi le premier. Je déplore simplement que ces capacités ne semblent pas toujours être placées au service de causes utiles.

En fait, je suis même plutôt subjugué par son extraordinaire capacité à susciter de l’intérêt, à capter l’attention des médias. Le niveau de visibilité qu’elle a atteint a de quoi rendre jaloux la plupart des députés de l’Assemblée nationale. Selon les standards de 2019, nul ne niera son génie à utiliser à la fois les médias sociaux et les médias traditionnels pour faire parler d’elle.

On a l’habitude de dire qu’en politique, l’indifférence est mortelle. Il faut trouver un moyen de faire parler de soi, de son parti. Or la baisse significative de Québec solidaire dans le dernier sondage rappelle que faire parler de soi n’est pas automatiquement synonyme de gagner des appuis. On peut aussi repousser les électeurs.

Les frasques de Catherine Dorion n’ont rien d’une nature « monstrueuse ». Elle ne fait qu’agir comme une immense distraction. Son party d’Halloween ou ses cotons ouatés ne peuvent pas être catégorisés comme des méfaits politiques. Mais tout cela a détourné totalement l’attention du travail de ses collègues du caucus de Québec solidaire.

Les reproches que je fais à Catherine Dorion, c’est un manque de sérieux, un manque de respect pour l’institution et un petit côté au-dessus de tout. Si j’étais un membre du caucus de Québec solidaire, je lui ferais des reproches pas mal plus sévères. « Tu nous fais passer pour une bande de guignols ! Tu prends toute la place ! Tu nous coûtes des points dans les sondages ! »

Le plus curieux, lorsque Manon Massé affirme aux journalistes que « Catherine Dorion n’est pas un monstre », c’est qu’elle semble être la seule personne qui ait vraiment peur de cette députée. Sinon, c’est elle, comme leader du parti, qui aurait dû mettre les points sur les i. Faire appliquer le code vestimentaire pour éviter que la situation dégénère. Les épisodes Dorion auront montré une faiblesse de leadership.

Québec solidaire aura une occasion à court terme de faire mentir ce sondage Léger. Lundi, une élection partielle se déroulera dans Jean-Talon, la circonscription voisine de celle de Catherine Dorion. Québec solidaire a mené une forte campagne et a fait grimper les attentes. Déjà l’an dernier, QS y avait obtenu 19 %.  

Cette semaine à QUB radio, j’ai demandé au candidat à cette élection si madame Dorion, la députée du comté voisin, l’avait aidé ou lui avait nui dans sa campagne. Réponse : « Je ne peux pas répondre à cette question, c’est vous l’analyste. » Ouch !