/lifestyle/psycho
Navigation

Le mythe du génie qui réussit dans tout

Comprendre la douance de Kim Nunès et Julie Rivard, Les Éditions de l’Homme, 256 pages.
Photo courtoisie Comprendre la douance de Kim Nunès et Julie Rivard, Les Éditions de l’Homme, 256 pages.

Coup d'oeil sur cet article

La douance est-elle un cadeau du ciel ? Peut-être pas tout le temps ! Enseignantes et mamans d’enfants à haut potentiel, Kim Nunès et Julie Rivard font le point sur la question complexe des jeunes à haut potentiel dans leur nouveau livre, Comprendre la douance. Explication du phénomène par des experts, témoignages, trucs et astuces : leur ouvrage permet de voir clair dans ce phénomène méconnu.  

Les enfants à haut potentiel, souvent plus angoissés et sensibles que les autres, ne sont pas toujours les premiers de classe, peut-on apprendre dans ce livre. Ils ne réussissent pas automatiquement dans tout, et ils se sentent souvent incompris.« Je voulais que ce livre soit écrit d’une amie à une autre, d’une mère à une autre, d’une enseignante à une autre, pour qu’on se sente comprises, réconfortées, et qu’on allume des lanternes », explique Julie Rivard, enseignante spécialiste au primaire et maman de deux garçons TDAH à traits doués.  

Julie Rivard est mère de deux garçons TDAH à traits doués, enseignante spécialiste d’anglais au primaire depuis 17 ans et auteure d’une dizaine de livres pour la jeunesse et pour les adultes. Elle a publié L’affaire Léane Cohen cet automne chez Hugo et Cie.
Photo courtoisie, Marie-Claude Paré
Julie Rivard est mère de deux garçons TDAH à traits doués, enseignante spécialiste d’anglais au primaire depuis 17 ans et auteure d’une dizaine de livres pour la jeunesse et pour les adultes. Elle a publié L’affaire Léane Cohen cet automne chez Hugo et Cie.

« On a écrit la bible qu’on aurait aimé découvrir il y a plusieurs années, ajoute-t-elle. Ça nous aurait évité bien des analyses qui ne sont peut-être pas les bonnes, des faux diagnostics de TDAH. On a mis une pointe d’humour ici et là, soit pour dédramatiser des situations qui sont parfois difficiles à la maison, ou pour vulgariser des concepts. »  

Réalistes, bien ancrées dans la vie quotidienne, les deux auteures ont vraiment à cœur d’aider les enfants doués à la maison et en classe. Elles partagent des témoignages dans le livre, et présentent les explications et les conseils de plusieurs experts, qui démystifient le phénomène.   

« On dit qu’entre 2,3 % à 5 % de la population serait douée, mais les études viennent d’ailleurs [de la France et des États-Unis] », précise Kim Nunès, enseignante, auteure et maman d’un garçon surdoué.   

« Mais on parle là des gens qu’on a repérés. Il y a des gens doués pour qui c’est plus difficile, mais [aussi] ceux pour qui ça va super bien, j’imagine qu’on ne les repère pas parce que, dans toutes les sphères de leur vie, ça va très bien », note-t-elle. « Il y a des gens qui apprennent, en consultant, que leurs difficultés relationnelles sont dues aux comportements liés à la douance. »  

Un cauchemar   

Au quotidien, la douance peut être un cauchemar pour les enfants et pour les parents.  

« Un enfant pour qui tout va bien et qui a besoin d’avancer dans sa scolarité plus rapidement se bute à des problèmes dans la société, parce que notre système scolaire n’est pas fait pour ça », observe Kim.   

Kim Nunès est mère d’un garçon surdoué, journaliste, auteure et enseignante au primaire. Elle a également publié copine et Copine aux Éditions de l’Homme cet automne.
Photo Courtoisie, Julia Marois
Kim Nunès est mère d’un garçon surdoué, journaliste, auteure et enseignante au primaire. Elle a également publié copine et Copine aux Éditions de l’Homme cet automne.

Elle ajoute qu’il est bien possible que l’élève doué, dans la classe de certains profs, soit en fait l’élève qui est en très grande difficulté. « Il y en a beaucoup qui se font diagnostiquer, à tort, comme TDAH. Au final, on n’arrivera jamais à répondre à son réel besoin, et ça va créer des carences dans certaines sphères de sa vie. »  

Elle trouve triste que les doués silencieux, qui effectuent les tâches demandées, mais s’ennuient à mourir en classe, restent invisibles.  

« Ceux qui ne bougent pas, qui ne gigotent pas, qui ne dérangent pas, souvent, on ne va pas s’occuper d’eux. Les filles, entre autres, vont avoir le désir de plaire et vont entrer dans le moule, mais à long terme, ça peut créer des problématiques : troubles alimentaires, dépression. Ces enfants silencieux, ce sont eux dont on doit s’occuper : quand ça éclate, ça éclate. »  

Extrait  

« En résumé, voici les principales forces du cerveau à haut potentiel :  

– Vitesse accrue du traitement de l’information  

– Acuité des cinq sens  

– Mémoire de travail jusqu’à 2,5 fois supérieure  

– Mémoire à long terme précise  

– Traitement multispacial rigoureux  

– Utilisation simultanée de l’hémisphère gauche et de l’hémisphère droit du cerveau, mais avec une activité souvent plus importante du côté droit (intelligence intuitive, créativité dans la résolution de problèmes et pensée imagée) »   

 – Kim Nunès et Julie Rivard, Comprendre la douance, Les Éditions de l’Homme