/opinion/columnists
Navigation

Mêlez-vous de vos oignons!

Coup d'oeil sur cet article

Il y a quelques jours, l’Assemblée législative ontarienne a condamné unanimement la loi 21. Puis c’est le gouvernement manitobain qui en a rajouté, en dénonçant dans les journaux québécois la loi, en plus d’inviter ses éventuelles victimes à s’exiler au Manitoba, là où il n’y aurait pas de « police de l’habillement ».

Le Québec produirait désormais des réfugiés politiques!

Ontario

On aurait d’abord envie de dire que l’Ontario comme le Manitoba n’ont de leçons à donner à personne en matière de droits des minorités. Faut-il vraiment rappeler que ces deux provinces ont historiquement persécuté leurs minorités francophones, tant elles avaient peur de les voir croître exagérément et compromettre l’hégémonie anglaise à laquelle elles tenaient tant ? 

Mais ne versons pas dans les querelles historiques, et voyons la chose au temps présent. 

Une première question vient alors à l’esprit : de quoi le Canada anglais se mêle-t-il ? La question de la laïcité rentre dans les champs de compétence du Québec, qui est en droit d’organiser la vie civique en fonction de sa propre culture et de sa propre identité. 

Le Canada anglais rêve en ce moment de remettre à sa place le Québec, dans un grand geste néocolonial où il casserait juridiquement la loi 21. Il nous regarde de haut, convaincu que, laissés à eux-mêmes, les Québécois verseront dans la dictature ethnique. 

Il n’est pas capable d’imaginer que sa lecture des droits fondamentaux, fondée sur le multiculturalisme, n’est pas la seule imaginable.

Manitoba

C’est une petite leçon politique qu’il faudrait donner au Canada anglais. Le Québec n’est pas qu’une province canadienne. C’est l’expression politique d’une nation qui a quatre siècles d’histoire et dont l’existence ne dépend pas du fait qu’elle soit reconnue ou non par la fédération canadienne et ses différentes instances.  

Nous n’avons pas besoin de sa permission pour faire nos choix politiques. Qu’il se mêle de ses oignons.