/maisonextra
Navigation

Processus d’achat: un budget svp!

Établir un budget réaliste ne se fait pas en criant ciseau!
Photo Can Stock Photo / AndreyPopov Établir un budget réaliste ne se fait pas en criant ciseau!

Coup d'oeil sur cet article

Établir un budget réaliste ne se fait pas en criant ciseau! Pourtant, cet aspect un peu rébarbatif vous permettra par la suite de déterminer votre capacité d’emprunt. Avec tous ces chiffres en main, vous pourrez ultimement savoir ce que vous pouvez vous permettre d’acheter, et surtout, d’éviter de vous laisser tenter par une propriété qui serait au-dessus de vos moyens. 

Parmi la longue liste de dépenses, votre budget doit inclure le montant alloué à votre épicerie.
Photo Can Stock Photo / Kurhan
Parmi la longue liste de dépenses, votre budget doit inclure le montant alloué à votre épicerie.

La première étape dans l’atteinte de votre objectif est d’établir votre budget mensuel dédié à votre logement. En d’autres mots, vous cherchez à savoir le montant dont vous disposez pour habiter, financer et chauffer votre future demeure. Pour ce faire, vous devez connaître: 

1. Votre revenu familial net. Il s’agit de votre revenu une fois les déductions appliquées. 

2. Vos dettes. Ce montant comprend le prêt étudiant, le prêt auto, en passant par la carte de crédit et la marge de crédit, sans oublier toutes les autres obligations que vous détenez. 

3. Vos dépenses courantes. Ici, la liste est toujours très longue. Mieux vaut répartir ces dépenses en catégories. 

– Dépenses du ménage 

Il faut penser à la nourriture et y attribuer un montant réaliste. Si votre ado est en pleine poussée de croissance, ça se répercutera sur votre facture d’épicerie! Et s’il grandit à une vitesse fulgurante, les vêtements ne suivront pas. Il faut donc prévoir un montant approprié pour les vêtements de votre jeune, mais également pour la garde-robe de toute la maisonnée. Les frais de scolarité, de garderie, de service de garde doivent être pris en compte. Il y a fort à parier que vos enfants participent à une foule d’activités: les cours de danse de la petite dernière, les cours de hockey du plus vieux, les cours de piano... Tout doit être recensé dans votre budget. Votre animal de compagnie aussi doit être vu comme une dépense, car il fait partie de la famille. 

– Frais de télécommunications 

Dans notre société, tout le monde vit connecté. La portion allouée aux télécommunications ne doit pas être prise à la légère, surtout quand toute la maisonnée a son mot à dire! Internet, câble ou abonnement pour visionner des émissions de télévision et téléphones cellulaires sont autant de services devenus essentiels au quotidien. 

– Frais de transport 

Les frais de transport n’incluent pas votre paiement mensuel qui a déjà été comptabilisé dans les dettes. Dans cette section de votre budget, vous devez plutôt indiquer les frais liés à l’essence, l’entretien du véhicule, le stationnement, le transport en commun... 

– Assurances 

Les assurances représentent une autre obligation à ne pas négliger. Habitation, automobile, vie, invalidité, il ne faut pas en oublier! 

– Divertissements 

La section des divertissements est sans doute la plus agréable à éplucher, mais aussi celle où vous pouvez couper plus facilement advenant le besoin de rectifier votre budget. Vous devez inclure le montant que vous dépensez chaque mois pour les sorties au restaurant, au cinéma, pour voir des spectacles ou assister à des matchs de hockey. Vous pouvez également inclure vos loisirs, cours et adhésions. 

– Frais médicaux et de santé 

Tout le monde aime quand ça va bien, mais il arrive parfois que vous ayez à acheter des médicaments d’ordonnance. La visite chez le dentiste et l’optométriste, tout comme chez le physiothérapeute doivent être compilés dans votre budget. 

– Épargne 

Après toute cette liste de dépenses, il vous reste peut-être un peu de sous pour épargner et faire des placements... 

Pour vous aider à ne rien oublier, vous pouvez télécharger le PDF interactif de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) conçu spécifiquement à cet effet.  

Votre budget mensuel de logement 

C’est bien beau d’avoir fait cet exercice, mais les calculs ne s’arrêtent pas là pour autant. Vous devez ensuite compter la différence entre votre revenu familial net par mois et le total de vos dépenses mensuelles courantes (incluant vos dettes), ce qui vous donnera votre budget mensuel de logement. Comme le mentionne l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) dans son Guide de l’acheteur, «ce montant doit suffire à couvrir chaque mois le paiement de votre emprunt hypothécaire (capital et intérêts), ainsi que celui des taxes et du chauffage (et, s’il y a lieu, 50% de vos frais de copropriété)». Vous pouvez par ailleurs consulter ce Guide sur le site web de l’OACIQ en cliquant ici.      

L’idée derrière tout ce travail budgétaire: fixer un prix d’achat raisonnable en fonction de votre situation. Vous réaliserez assez rapidement que votre recherche sera plus efficace en ayant procédé de cette façon. Vous devez également connaître votre capacité d’emprunt. Alors conservez ces chiffres précieusement, ils vous seront utiles la semaine prochaine pour la suite de notre série d’articles sur le processus d’achat!