/news/society
Navigation

Détention dans les pénitenciers: des unités d'intervention structurée pour remplacer l’isolement

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Les nouvelles unités d’intervention structurées (UIS) devant permettre une meilleure gestion des détenus autrefois placés en isolement ont été inaugurées en fin de semaine dans dix pénitenciers pour hommes et dans les cinq établissements pour femmes du pays. 

«Le Service correctionnel du Canada a entamé une ère de transformation des services correctionnels fédéraux canadiens [...], a déclaré, samedi, Anne Kelly, commissaire du Service correctionnel du Canada. Ce nouveau modèle introduit d'importantes réformes qui prévoient la prestation, aux détenus, d'interventions plus structurées et efficaces qui sont adaptées aux risques et aux besoins particuliers qu'ils présentent, dans le but de favoriser leur réintégration dans la population carcérale régulière le plus rapidement possible.» 

Mme Kelly a expliqué que «les détenus dans une UIS auront la possibilité de passer au moins quatre heures par jour à l'extérieur de leur cellule, dont deux heures d'interactions significatives avec les autres». «De plus, le modèle permet de mieux répondre à leurs besoins en santé et en santé mentale et inscrit dans la loi l'obligation de prendre en considération les facteurs systémiques et contextuels touchant les Autochtones.» 

En date de samedi, à travers le pays, un total de 163 détenus ne pouvant être gérés en toute sécurité dans la population carcérale régulière étaient placés dans les UIS. 

Au Québec, quatre établissements carcéraux fédéraux figurent dans la liste où des unités d’intervention structurées ont été élaborées, soit l’Établissement de Donnacona, l’Établissement de Port-Cartier, le Centre régional de réception (Unité spéciale de détention) et l’Établissement Joliette pour femmes. 

Le projet de loi C-83 instaurant les unités d’intervention structurées avait été présenté à la Chambre des communes en octobre 2018. Il a été adopté au cours de l’été dernier par le Parlement.