/misc
Navigation

Donald Trump meilleur président qu'Abraham Lincoln?

Donald Trump meilleur président qu'Abraham Lincoln?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats d'un sondage ECONOMIST/YouGov n'ont pas manqué d'ébranler ma foi d'historien. Si pour la majorité de nos voisins du sud Lincoln demeure un des grands présidents de l'histoire, pour 53% des républicains Donald Trump lui est déjà supérieur.  

Qu'on puisse croire en Donald Trump et son programme est une chose, qu'on le considère comme supérieur à Lincoln démontre une ignorance crasse ou une mauvaise foi qui n'a rien de banal.  

Abraham Lincoln ne fut ni un saint ni un dieu. Si son assassinat a contribué à en faire un martyr, Lincoln fut profondément humain et le bilan de sa vie n'avait nul besoin du mythe pour qu'on honore sa contribution à l'histoire des États-Unis.  

On associe souvent le 16e président à l’émancipation des esclaves, mais on oublie souvent de préciser qu’à ses yeux Noirs et Blancs ne sont pas égaux. Lincoln ne voulait pas faire la guerre de Sécession pour libérer les esclaves, il croyait plutôt que l’institution de l’esclavage disparaitrait d’elle-même éventuellement  

D’ailleurs, Lincoln a longtemps entretenu l’espoir que la meilleure solution pour les Noirs résidait dans la colonisation. Une fois libres, les anciens esclaves devraient quitter les États-Unis pour le continent africain où leurs chances d’améliorer leur sort seraient supérieures. Convaincu de l’immoralité de l’esclavage, il peinait à imaginer un avenir meilleur si les esclaves demeuraient en territoire américain.  

Au risque de surprendre, avant d’être le «grand émancipateur», Lincoln ne fut même pas abolitionniste. On néglige souvent de préciser qu’il est d’abord et avant tout un politicien pragmatique près à bien des compromis plutôt que de voir la Nation se diviser, incluant maintenir les esclaves dans leur condition.  

Alors que les sudistes déclenchent les hostilités, le président n’hésitera pas à outrepasser ses pouvoirs pour gérer l’armée et les budgets, suspendant même la règle de l’habeas corpus au passage. S’il attendra ensuite les autorisations du congrès, il croyait devoir agir en contradiction de la constitution pour être en mesure de la préserver.  

Quand on observe l’évolution de l’administration Lincoln, nous pouvons même conclure que la direction du pays et la conduite de la guerre furent républicaines, les démocrates étant tenus à l’écart ou considérés comme quantité négligeable. Ce fut le cas lors de la première émancipation des esclaves en 1863. Lincoln ne procédera alors qu’à l’émancipation des esclaves des états ennemis. Les états esclavagistes demeurés fidèles à l’Union malgré la guerre furent exemptés de la mesure.  

Si vous trouvez dans les paragraphes qui précèdent des comportements ou des décisions de ce président qui peuvent rappeler l’attitude irrespectueuse de Donald Trump à l’égard de la constitution et de la limite de ses pouvoirs, nous atteignons bien rapidement les limites de la comparaison.  

Abraham Lincoln fut toujours respectueux de ses contemporains, riches comme pauvres, amis comme ennemis. Indifférent à la richesse ou aux biens matériels, il ne succombera jamais à une passion immodérée du pouvoir. Craignant pour sa réélection en 1864, il gardera le cap et ne modifiera rien à ses projets les plus impopulaires.  

Lincoln fut honnête et s’entourera même d’adversaires politiques au sein de son cabinet. Incorruptible, il n’hésitera pas à congédier ceux qui tentaient de s’enrichir en servant l’État. Dans son ouvrage Team of rivals l’historienne Doris Kearns Goodwin rappelle que Lincoln s’est gagné le respect voire l’admiration de ses adversaires, inspirant nombre d’entre eux au passage.  

Lincoln était d’origine modeste, une réalité qu’il n’oubliera jamais, rappelant qu’il n’était que de passage à la Maison-Blanche. Après sa réélection en 1864, il eut ces mots : «I do not impugn the motives of anyone opposed to me. It is no pleasure to me to triumph over any one; but I give thanks to the Almighty for this evidence of the people’s resolution to stand by free government and the rights of humanity.”».   

Vous croyez que cette citation inspirera Donald Trump s’il est réélu? Lincoln tenta de rapprocher et de pardonner pendant la guerre, Donald Trump pourrait en déclencher une et il ne rate aucune occasion de diviser.