/news/currentevents
Navigation

Jérémy Gabriel ciblé par de nombreux messages haineux après sa victoire en Cour d'appel

Jérémy Gabriel
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

«Tu devrais pt Ben allez te pitcher en bas du pont!», «C'est quand ta date de déces?», «Criss de trout cul»; ce n'est là que quelques extraits de messages qu'a reçus Jérémy Gabriel dans les derniers jours, au lendemain de sa victoire en Cour d'appel du Québec contre l'humoriste Mike Ward.  

Samedi soir, le jeune chanteur a dénoncé le bombardement de messages haineux auquel il fait face, en en partageant une dizaine sur sa page Facebook.   

«Je comprends la nécessité de la critique et le besoin des gens d’exprimer leurs opinions, mais comment des personnes peuvent-elles ressentir le besoin d’aller écrire ces insultes à une personne qu’ils ne connaissent même pas», s'est interrogé Jérémy Gabriel en partageant les messages haineux.   

Ce dernier assure qu'il est tout à fait ouvert à la critique et il va jusqu'à encourager les gens en désaccord avec ses démarches à s'exprimer. «Mais de l’intimidation, ce n’est pas de la critique, la discrimination, ce n’est pas de la critique non plus», a-t-il plaidé.   

La Cour d'appel a ordonné, jeudi, à Mike Ward de verser 35 000 $ à Jérémy Gabriel en raison de propos discriminatoires. De 2010 à 2013, l'humoriste s'était moqué sur scène de celui qui était alors surnommé le «petit Jérémy», en blaguant sur sa malformation physique et en soulignant qu'il n'est «pas tuable». Rappelons que le chanteur est atteint du syndrome de Treacher Collins, une maladie génétique qui génère des malformations.   

  • Jeremy Gabriel était de passage à l'émission Dutrizac, à QUB Radio, ce vendredi. Réécoutez son entrevue:

L'humoriste avait aussi été condamné précédemment à verser 7000 $ à la mère de Jérémy Gabriel. Cette décision a toutefois été infirmée dans le jugement de la Cour d'appel.   

Mike Ward a affirmé être prêt à se rendre en Cour suprême. «L’humour n’est pas un crime. Dans un pays “libre”, un juge ne devrait pas dicter ce qui est faisable ou non en humour», a-t-il souligné.