/news/transports
Navigation

La fille d'un homme écrasé à mort en croisade contre les décès causés par le déneigement

La fille d’une victime à Lévis veut qu’on applique la recommandation du coroner

Roch Parent
Capture d'écran, TVA Nouvelles Rock Parent a perdu la vie à cette intersection de la rue Langelier, à Lévis, le 14 février dernier.

Coup d'oeil sur cet article

La fille d’un homme écrasé à mort par un déneigeur qui ne l’a pas vu dans son angle mort, à Lévis en février dernier, enjoint les municipalités à respecter la recommandation du coroner de rendre obligatoire la présence d’un surveillant pour éviter d’autres décès tragiques.   

M. Parent était âgé de 54 ans à son décès.
Photo d'archives
M. Parent était âgé de 54 ans à son décès.

Rock Parent a perdu la vie le 14 février alors qu’il marchait sur la rue Langelier, à Lévis.     

Il a été écrasé par une chargeuse sur roues équipée d’une souffleuse à neige, avant d’être traîné sur une distance de près de 60 mètres.     

Le conducteur de l’engin, qui retournait au garage de la Ville après l’opération déneigement, n’a jamais eu connaissance de ce qui s’était passé et avait poursuivi sa route.    

«Mon père aurait mérité une mort plus sereine», soupire sa fille, Jessica Parent, qui n’a jamais eu de contacts avec la Ville de Lévis après l’accident. «On s’est sentis à l’écart de tout ça. On n’a jamais eu d’excuses ou de message de sympathie».    

Dans son rapport, le coroner Donald Nicole souligne le danger lié à l’angle mort à l’avant du véhicule, provoqué par la souffleuse.     

Selon les éléments d’enquête, le conducteur de l’engin, innocenté, ne pouvait pas voir ce qui se passait jusqu’à huit mètres devant lui.    

Me Nicole recommande donc que soit modifié le Code de la sécurité routière pour rendre obligatoire la présence d’un surveillant à pied ou en camionnette lors des déplacements dans les quartiers résidentiels.     

«Actuellement, c’est seulement lorsque la souffleuse tourne, est en fonction, mais il devrait y avoir de la surveillance dès qu’on est dans une zone de moins de 50 km/h», précise le coroner.    

Aux villes de réagir  

«J’étais surprise que ça ne soit pas déjà le cas», rétorque avec étonnement la fille du défunt.     

«Il y a une surveillance pendant les opérations déneigement, mais une fois que c’est terminé et qu’ils se déplacent, il fait quand même noir, il neige encore, la visibilité est encore réduite, et l’angle mort existe toujours», se désole Jessica Parent.    

La jeune femme interpelle maintenant les municipalités du Québec, les appelant à prendre acte du rapport.     

«J’espère, avec les hivers qu’on connaît ici et avec cet événement-là, que les Villes vont prendre toutes les mesures pour éviter d’autres décès tragiques», souhaite Mme Parent, qui n’entend pas en rester là si rien ne bouge.     

«Je ne sais pas de quelle façon, mais je compte m’investir dans cette cause-là si rien n’est fait», a-t-elle soutenu.    

Lévis suit la recommandation  

Appelée à réagir, la Ville de Lévis a assuré que des mesures avaient été prises immédiatement après l’accident.     

Depuis la réception du rapport du coroner dans les derniers jours, la Ville planche sur une directive écrite pour assurer la mise en application de sa recommandation.     

«On est d’accord en tout point avec la recommandation. On va assurer la présence immédiate d’un véhicule escorte dès que les souffleurs vont circuler dans une zone résidentielle de moins de 50 km/h», indique Gaétan Drouin, directeur général adjoint aux services de proximité à la Ville de Lévis.     

Pas une première recommandation        

  • 2010 | Le coroner Luc Malouin demande l’obligation d’installer des rétroviseurs à grand-angle sur les véhicules de déneigement pour diminuer l’angle mort, à la suite du décès de 4 piétons à Montréal.    
  • 2017 | Après le décès de Pierrette Corbeil, à Asbestos en 2016, le coroner Gilles Sainton enjoint la municipalité à revoir ses pratiques pour qu’un surveillant se trouve devant les souffleuses lors des déplacements.        

D’autres morts récentes liées au déneigement         

  • 1er DÉCEMBRE 2017 | Michelle Solaye Tchoutouo, 8 ans, happée par un déneigeur dans l’entrée privée de l’immeuble où elle vivait.        
Un autre drame impliquant une déneigeuse : la petite Michelle Solaye Tchoutouo avait quant à elle été happée mortellement le 1<sup>er</sup> décembre 2017 à l’entrée de l’immeuble où elle résidait, sur le boulevard Louis-XIV. Sur la photo, divers objets déposés à la mémoire de la fillette de 8 ans, sur les lieux de l’accident.
Photo d'archives, Simon Clark
Un autre drame impliquant une déneigeuse : la petite Michelle Solaye Tchoutouo avait quant à elle été happée mortellement le 1er décembre 2017 à l’entrée de l’immeuble où elle résidait, sur le boulevard Louis-XIV. Sur la photo, divers objets déposés à la mémoire de la fillette de 8 ans, sur les lieux de l’accident.
  • 28 NOVEMBRE 2018 | Édith De Repentigny, 62 ans, est fauchée par un déneigeur dans le stationnement de son lieu de travail à Laval.    
  • 7 FÉVRIER 2019 | Une femme de 87 ans est heurtée à mort par une déneigeuse alors qu’elle traversait la rue dans le secteur de Charlesbourg.        

Une orpheline en paix    

L’enquête est allée jusqu’au bout  

Toujours secouée par le décès tragique de son père, la fille de Rock Parent est malgré tout en paix avec les conclusions de l’enquête policière, qui retient la thèse du triste accident. «Ils ont vraiment bien fait leur travail», salue la jeune femme.    

Jessica Parent tenait à savoir ce qui était arrivé à son père. Le Service de police de Lévis a mené une enquête en profondeur pour lui offrir des réponses.    

«L’enquêtrice a fait deux reconstitutions complètes pour être certaine. Elle a même conduit la machinerie parce qu’elle doutait qu’on puisse traîner quelqu’un si longtemps sans le sentir», raconte-t-elle.    

Au final, tous les facteurs incriminants ont pu être écartés. Fatigue, alcool au volant, cellulaire, imprudence, rien de tout ça ne s’est avéré. « Tout était en ordre, ce qui fait que je ne peux pas en vouloir au conducteur », confie Mme Parent, ajoutant en vouloir plus à la législation, pas assez sévère.     

«Est-ce que le décès de mon père sera suffisant pour changer la loi ? Je l’espère sincèrement.»