/sports/fighting
Navigation

La sobriété pour Simon Kean

Simon Kean
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Simon Kean ne s’en cache pas, il n’en a plus pour longtemps dans le ring. Et celui qui se battra pour le titre WBC International Silver des poids lourds, samedi, a pris une décision qui l’a transformé. 

Depuis maintenant un an, le «Grizzly» ne boit plus d’alcool. Pas une goutte. Ce changement lui a permis d’avoir une perspective claire de la vie qu’il mène. 

«Ma défaite contre Dillon Carman m’a secoué, a confié le Trifluvien au réseau TVA Sports, lundi. Pis je me suis levé un matin et j’ai vu qu’Adonis Stevenson était dans le coma. J’avais viré une brosse la veille. J’étais magané.» 

«J’ai compris que je devais me concentrer sur ma carrière. Je ne voudrais pas que ma carrière se termine à 50 ans. J’aimerais encore boxer pour cinq ou six ans.» 

D’après ses dires, rompre avec la boisson ne signifie en rien qu’il était aux prises avec un problème d’alcool. 

«Les gens ont tendance à penser ça que parce que t’as arrêté. Non. Après chaque combat, j’aimais bien faire la fête et m’amuser.» 

«La victoire et rien d'autre» 

Dans l’enceinte du Centre Bell, Kean fera les frais d’un gala d’Eye of the Tiger Management au cours duquel il se frottera au Biélorusse Siarhei Liakhovich (27-7-0, 17 K.-O.) et il vise «la victoire et rien d’autre». 

Son adversaire a remporté son combat face à Ramon Olivas par K.-O. 

«Une nouvelle ceinture est en jeu, a rappelé celui qui étudie en administration à l’UQTR. Le combat est au Centre Bell contre un ancien champion du monde qui a affronté Deontay Wilder. Il a fait mal paraître Adny Ruiz, qui est maintenant champion unifié.» 

«Je m’attends à ce qu’il se batte comme dans ses meilleures performances. C’est un vieux loup. Il en a vu d’autres. Je serai vigilant. Ce sera un combat intéressant.» 

S’il l’emporte contre son prochain rival, le tombeur de Dillon Carman en juin dernier célèbrera la ceinture qu’il porte autour de la taille, ou l’épaule, mais différemment. 

«Je vais sortir. Je m’amuse. Mais je ne bois pas, a-t-il raconté. Cet été, je suis allé à Vegas et à L.A. J’ai fait le tour et j’ai eu ben du fun (sans consommer).» 

En attendant, les passants peuvent apercevoir Kean dans un modeste commerce de Saint-Stanislas, en Mauricie, en train de siroter une tasse de café.