/sports/hockey/canadien
Navigation

Damphousse et le souvenir de 1993

Meilleur pointeur québécois en...
Photo d'archives et courtoisie Vincent Damphousse

Coup d'oeil sur cet article

« Qui n’a pas vécu de léthargies pendant sa carrière ? » s’est demandé Vincent Damphousse en entrevue au Journal de Montréal. 

« Moi, a-t-il poursuivi, ce qui me vient en tête, c’est le souvenir de la Coupe Stanley qu’on a remportée en 1993. On a perdu les deux premiers matchs contre les Nordiques et la province au complet pensait qu’on était finis. » 

On connaît la suite. Le Tricolore a remporté les quatre matchs suivants pour éliminer ses grands rivaux de Québec avant de poursuivre sa route fructueuse vers les grands honneurs. 

« Après nos deux défaites, s’est rappelé Damphousse, on a essuyé beaucoup de critiques. Mais je me souviens du calme de Serge Savard [le directeur général] et les discours fructueux du coach Jacques Demers. Ils y ont toujours cru. 

L’important, a ajouté l’ancien capitaine du CH, c’est de garder la confiance à l’interne, même si à l’extérieur, le doute persiste. Moi je crois encore à cette équipe », a mentionné Damphousse en parlant des problèmes actuels du CH. 

« En 1993, on est revenus de l’arrière, a-t-il répété. Je ne dis pas que c’est ça qui va arriver au Canadien cette année. Mais il y a moyen de s’en sortir. » 

Critiques 

À écouter les tribunes téléphoniques et tous ces commentaires très négatifs recueillis sur différents sites au Québec, seuls des changements vont relancer le Canadien. 

« Les gérants d’estrade, a répondu Damphousse, ont droit à leur opinion. Aujourd’hui, il y a tellement de plateformes pour se prononcer et c’est facile de critiquer. C’est vrai que tout peut arriver. L’entraîneur en chef des Devils vient de perdre son poste. Mais bon, personne n’est à l’abri, surtout si la situation ne se replace pas. »