/24m/city
Navigation

Est de Montréal: une trentaine d'hectares pour l'agriculture urbaine d'ici 2030

Est de Montréal: une trentaine d'hectares pour l'agriculture urbaine d'ici 2030
BÉATRICE ROY-BRUNET/24 HEURES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – La Ville de Montréal souhaite qu'une trentaine d'hectares soient exploités pour l'agriculture urbaine dans l'arrondissement Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles d'ici une dizaine d'années, alors qu'une nouvelle politique sur l'agriculture urbaine vient d'y être implantée.

L'arrondissement a fixé l’année 2030 pour atteindre cet objectif. Actuellement, on compte 10 hectares dédiés à cet effet. Dans 10 ans, la superficie de ces espaces devrait donc représenter l'équivalent de 37 terrains de football.

Un plan d'action détaillé sera présenté au printemps prochain. Il s'agit de la première politique exclusivement dédiée à l'agriculture urbaine à Montréal.

Engagement collectif

Tous devront contribuer à l'ajout de ces hectares, a souligné la mairesse de l'arrondissement, Caroline Bourgeois, lors d'une conférence de presse mardi.

«Nous comptons bien sûr sur l'engagement citoyen, communautaire, privé, institutionnel et aussi sur tout notre potentiel patrimonial», a-t-elle ajouté.

En plus de favoriser une diversité de projets citoyens, l'arrondissement tentera de soutenir des projets communautaires sur le territoire. «Nous comptons, par exemple, évaluer la faisabilité de zones d'agricultures urbaines au croisement de la friche ferroviaire et des terrains d'Hydro-Québec», a expliqué Mme Bourgeois.

Un cadre pour soutenir les initiatives innovantes du secteur privé et institutionnel sera aussi créé. L’arrondissement veut mobiliser l'ensemble des acteurs autour de leur vision.

Sols contaminés

La mairesse de l'arrondissement a reconnu que la contamination des sols dans l'est de l'île est un élément à considérer. «Il y a de l'agriculture qui peut se faire en bacs, de l'agriculture qui peut se faire sur les toits. Pour ça, il faut pouvoir donner tous les outils et adapter notre réglementation pour favoriser ce type de projets là», a-t-elle spécifié.

De son côté, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a souligné qu'on aborde souvent les défis de décontamination, de transport ou d'habitation en évoquant l'est de la métropole.

«Avec tout défi viennent des opportunités. La politique de ce matin montre bien comment l'arrondissement a saisi l'ampleur du défi, mais l'a transformé en opportunité», a-t-elle évoqué.