/sports/hockey/canadien
Navigation

Julien a foi en Cayden Primeau

Il compare sa situation à celle de Carter Hart et de... Patrick Roy

Julien a foi en Cayden Primeau
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Avec la situation que traverse actuellement le Canadien, on peut se demander si le rappel de Cayden Primeau n’est pas un couteau à deux tranchants.   

• À lire aussi: Keith Kinkaid n’est pas réclamé au ballottage  

• À lire aussi: Près d’un record très peu enviable  

• À lire aussi: Le CH tentera de mettre fin à sa glissade contre les Islanders  

Après tout, le jeune homme n’a que 20 ans et 12 matchs professionnels derrière la cravate. À ce compte, n’aurait-il pas mieux valu passer un coup de fil à Charlie Lindgren ?

« On ne recherche pas des histoires négatives. On recherche des histoires positives », a lancé Claude Julien, mardi matin, à ce sujet. « L’an passé, Carter Hart s’est bien débrouillé à Philadelphie. »

L’entraîneur du Canadien n’en est pas demeuré là, ajoutant le nom d’un membre du Temple de la Renommée à la discussion.

« Patrick Roy a fait tout un travail dans les séries, un moment donné, comme jeune gardien », a-t-il ajouté, faisant référence à la coupe Stanley de 1986, remportée alors que Roy n’était âgé que de 20 ans.

On comprend que le Franco-Ontarien ne compare pas Primeau à Roy, mais l’association des deux noms frappe tout de même l’imaginaire.

À Montréal pour longtemps ?

D’ailleurs, Primeau ne devrait pas se contenter strictement du rôle de spectateur, sort qui avait été réservé à Zachary Fucale, dernier gardien aussi jeune à tenir le rôle d’auxiliaire, à chacun de ses rappels.

« On va lui donner la chance de jouer. Après celui de ce soir, nos quatre prochains matchs seront des séquences de deux rencontres en deux soirs. On risque de le voir devant le filet », a mentionné Julien.

Avalanche, demain, au Centre Bell. Rangers, vendredi, à New York. Visite à Pittsburgh, mardi, et match contre les Sénateurs, à Montréal, mercredi prochain. Voilà ce qui attend le Canadien lors de ses quatre prochains matchs.

« Si on voit que Primeau connaît des difficultés, on le renverra à Laval. Ce n’est pas compliqué. S’il fait du bon travail, ça va nous aider », a soutenu Julien.

En termes clairs, Primeau pourrait demeurer un bon bout de temps à Montréal.

Professionnel et sérieux

Rappelé en même temps que Primeau, Matthew Peca ne craint pas pour son jeune coéquipier. Malgré ses 20 ans, il a le calme et l’attitude nécessaires pour connaître du succès.

« C’est un pro. Il est vraiment mature, il travaille extrêmement fort. Il arrive chaque jour et il est prêt. C’est un gars très sérieux », a assuré Peca, auteur de 12 points, dont quatre buts, en 18 matchs avec le Rocket de Laval.

« Quand tu ne joues pas bien, tu as besoin de bons gardiens. Il nous a gagné des matchs. Il mérite sa chance », a-t-il ajouté.

Évidemment excité de goûter pour la première fois à la LNH, Cayden Primeau, fils de Keith, ne s’en fait pas trop avec la mauvaise séquence du Tricolore.

« J’étais excité de recevoir cet appel. Tout arrive vite. Je vais essayer d’apprendre le plus possible. Et les circonstances importent peu. Quand tu es envoyé devant le filet, tu dois t’y présenter dans le même état d’esprit. »