/sports/opinion/columnists
Navigation

La grosse saison commence

Quad
Photo courtoisie, Karl Tremblay Le directeur général de la Fédération Québécoise des Clubs Quad, monsieur Danny Gagnon, et les bénévoles des clubs membres, voient à ce tout soit fin prêt et fonctionnel pour les dizaines de milliers d’amateurs qui vont prendre d’assaut les sentiers cet hiver.

Coup d'oeil sur cet article

L’arrivée de l’hiver marque le début de la plus importante partie de la saison pour la pratique du quad au Québec. Plusieurs raisons expliquent cette situation.

« Tout est véritablement plus facile pour les quadistes qui désirent parcourir de longues distances via notre réseau de sentiers, lance d’emblée le directeur général de la Fédération Québécoise des Clubs Quads du Québec, Danny Gagnon. Nous entreprenons notre saison qui sera à l’image des précédentes alors que le nombre de membres explose. Nous avons vendu au-delà de 30 000 droits d’accès depuis quelques semaines. Pour bien des amateurs, l’hiver leur permet de circuler librement entre les différentes régions et d’avoir accès aux services, ce qui est souvent impossible durant le reste de l’année. Il suffit de penser que plusieurs de nos sentiers passent sur des terres agricoles. Il est certain que durant leur saison d’opérations, les propriétaires ne veulent pas voir passer de quads au travers de leurs champs. Par contre, une fois l’hiver bien installé, leurs opérations sont arrêtées, nous permettant ainsi l’accès à plus de territoires. »

Même si dans certains coins du Québec des clubs ont commencé à gratter le 20 novembre dernier après l’importante chute de neige, Danny Gagnon rappelle que certaines conditions doivent être respectées avant d’ouvrir un sentier.

« Pour bâtir leur sentier et installer la signalisation, les bénévoles des clubs ont besoin d’une couche de neige de 12 à 18 pouces. Lorsque les conditions sont en place, ils peuvent ainsi créer un réseau de 15 000 kilomètres de sentiers hivernaux. Le fait que le sol gèle, cela donne accès à plusieurs endroits impossibles à utiliser dans d’autres conditions. Nous avons plus accès aux services comme la restauration, l’essence, le logement. Les amateurs peuvent circuler souvent à partir de chez eux et rejoindre d’autres villes et villages. Il est même possible de circuler dans différentes régions avec le principe de la route Quad que nous avons mis de l’avant. Vraiment, l’hiver change la donne pour le monde du quad au Québec. »

Un site nécessaire

Avec le temps, la Fédération a développé des outils très utiles qui peuvent aider les quadistes à mieux planifier leurs sorties.

« Avec le nouveau site internet, les amateurs peuvent trouver toute l’information pertinente, indique monsieur Gagnon. Nous avons créé notre carte interactive de sentiers qui leur présente en temps réel ce qui se passe dans les sentiers. L’application iQuad leur permet de savoir où ils se trouvent en tout temps et où sont les services dont ils ont besoin. Ils peuvent ainsi se bâtir des itinéraires et les partager avec leurs amis. Nous avons voulu offrir des services faciles d’utilisation et conviviaux pour que les gens profitent pleinement de leurs sorties hivernales. Aussi, la majorité des clubs qui offrent des sentiers d’hiver organisent régulièrement des activités durant la saison. Ça bouge vraiment beaucoup en hiver. Notre membership monte en flèche jusqu’à atteindre près de 50 000. »

Des conseils utiles

Le spécialiste qui gère les destinées de la Fédération depuis 35 ans a tenu à donner quelques conseils aux amateurs avant qu’ils ne se lancent pour leurs premières sorties hivernales.

« Il ne faut pas oublier certains détails techniques comme le passage de l’huile d’été à l’huile d’hiver, de la 10-40 pour faciliter les démarrages et la lubrification du moteur. Aussi, il faut bien vérifier que tous les équipements chauffants fonctionnent bien, comme les visières ou les poignées. Je conseille aux gens de croiser leurs traces dans les sentiers au lieu de toujours rouler au même endroit afin de ne pas créer des roulières profondes qui compliquent la vie pour bien contrôler son véhicule. C’est très désagréable de rouler en sentier avec d’immenses roulières, un peu comme sur la route lorsque l’on rencontre des roulières et que le véhicule devient plus difficile à contrôler. Naturellement, je conseille aux gens de porter des vêtements adéquats et, pour ceux qui pratiquent leur loisir avec la petite famille, de voir à ce que les enfants soient bien vêtus. C’est ce qui fera la différence entre une randonnée réussie et un cauchemar pour vos jeunes. Je souhaite une bonne saison à tous les quadistes et surtout, profitez bien du réseau de sentiers en toute sécurité. »