/opinion/blogs/columnists
Navigation

«L'aube orange» ne s'est pas levée

Les porte-parole de Québec solidaire n’ont cessé de faire monter les attentes pour cette partielle

GEN-
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

«L’histoire de Jean-Lesage et de Taschereau était un peu similaire. On est beaucoup plus forts actuellement dans Jean-Talon qu’on l’était avant de partir à la dernière élection.» Ça, c’était ce que Manon Massé disait lors du déclenchement de l’élection partielle tenue lundi dans Jean-Talon, où Québec solidaire a finalement obtenu deux points de moins que lors des élections générales de 2018, passant de 19,2 à 17%.   

Depuis le début de cette campagne, je me demande à quoi joue QS. Lors d’une élection partielle, on essaie habituellement de mettre la pression de gagner sur l’adversaire. Ces exercices sont des phénomènes politiques imprévisibles, car ils sont teintés par les enjeux locaux et influencés par un taux de participation difficile à anticiper. On tente aussi, souvent, de faire dire de drôles d’affaires aux résultats.      

«Aube orange»  

Qu’à cela ne tienne, portés par un étrange excès de confiance, les porte-parole de Québec solidaire n’ont cessé de faire monter les attentes pour cette partielle. La direction a d’abord tenté d’imposer un candidat à l’investiture, comportement rare dans ce parti épris de démocratie directe. C’est dire qu’on y tenait. Et qu’on y croyait.     

Faisant contre mauvaise fortune bon cœur et se ralliant à Olivier Bolduc, candidat choisi par les militants, Gabriel Nadeau-Dubois prédisait plus tard la fin de la lune de miel entre la CAQ et les Québécois et annonçait qu’«il y a une aube orange qui se lève sur la capitale». C’était lors du congrès de Québec solidaire, celui où fut adoptée une position plus radicale sur l’indépendance, que Catherine Dorion a néanmoins manqué, tellement elle croyait aux chances de l’emporter dans Jean-Talon.     

(D’ailleurs, est-ce que c’est juste moi ou, depuis qu’elle est députée, on n’entend presque plus l’ancienne passionaria d’Option nationale parler d’indépendance?)     

Tant et si bien que, cette fin de semaine encore, le candidat de Québec solidaire dans Jean-Talon disait avoir l’impression que la course s’y passait entre son parti et la CAQ.     

Or, on sait maintenant que QS a fini troisième et assez loin derrière le Parti libéral. Le résultat a été moins bon qu’aux dernières élections, deux points de plus que le proverbial «dépôt» dans une des circonscriptions les plus scolarisées au Québec, comptant trois établissements d’enseignement postsecondaire d’importance, dont l’Université Laval.    

Session difficile  

Je veux bien croire qu’il ne faut pas faire dire n’importe quoi aux résultats d'élections partielles, mais ce sont les porte-parole de QS eux-mêmes qui essaient de nous convaincre depuis des mois qu’ils sont dans le coup dans Jean-Talon. La mobilisation de centaines de bénévoles pour le jour du vote n’aura rien changé: ils ne l’ont jamais été. 

Cela vient compléter une session parlementaire difficile pour QS, qui a commencé par un refus de se dissocier des actions perturbatrices du groupe Extinction Rebellion, menées par une proche du député d’Hochelaga-Maisonneuve Alexandre Leduc. Elle se termine avec un sondage où Québec solidaire note un recul important de ses appuis, à la suite d'un durcissement de la position du parti sur la souveraineté et d'une nouvelle controverse sur les préférences vestimentaires de Catherine Dorion.      

(Il y a d’ailleurs quelque chose d’étrange dans la manière dont Manon Massé a accrédité la thèse suivant laquelle cette baisse était attribuable à la députée de Taschereau, en volant à sa défense. Autre observation: c’est plus souvent la députée de Sainte-Marie-St-Jacques que le député de Gouin qui est appelée à commenter les moins bons sondages et les mauvais résultats. C'était encore le cas hier soir. C’est drôle, quand même...)     

Grotesque  

C’est donc un retour sur Terre assez brutal pour Québec solidaire et ses porte-parole.     

Les politiciens qui manquent de maturité ont souvent ce comportement quand ils se mettent à gagner. Ils pensent que plus rien ne peut les atteindre.     

Jusqu’ici, ça semblait bien aller pour QS. Passant de 3 à 10 députés, on tablait sur la faiblesse des deux autres partis d’opposition pour se poser comme la force politique en émergence face à la CAQ. On faisait par ailleurs un excellent service après-vente pour satisfaire les gens qui avaient voté pour eux. Les QSistes savent à qui ils parlent et atteignent généralement les objectifs politiques qu’ils se fixent.      

Or on a oublié que, si l’électeur enclin à voter QS ou le militant qui s’y implique ne sera jamais un grand partisan du décorum traditionnel de l’Assemblée nationale, il n’a probablement pas le désir de mobiliser son énergie politique pour défendre le droit inaliénable de la députée de Taschereau à représenter ses citoyens en pyjama si ça lui chante. S’il est aussi plutôt souverainiste, ce n’est généralement pas au point d’en faire le facteur central de ses choix politiques. L’affirmation de Gabriel Nadeau-Dubois selon laquelle il n’avait jamais rencontré de fédéraliste à QS avait quelque chose de choquant tant elle était grotesque.     

Dans tous les cas, l’électeur qui s’en fait pour les changements climatiques et pour notre couverture sociale, il s’en fout, du coton ouaté de Catherine Dorion. Ce n’est pas pour ça qu’il a voté. Il a eu l’impudence de croire qu’elle porterait d’abord ses préoccupations à lui.     

Perdant de la session  

Avec pour résultat qu’après 12 ans d’existence, on doit constater que Québec solidaire demeure une force politique marginale, s’adressant à une clientèle nichée, dont les porte-parole ne savent pas comment parler aux Québécois et qui n’est pas proche de faire le poids devant ce qui s’avère être l’expression contemporaine de là où le Québec se trouve, soit la Coalition Avenir Québec. La gauche et la souveraineté restent par ailleurs électoralement plus faibles qu’elles ne l’ont été depuis la Révolution tranquille. C’est ça, la réalité dans laquelle QS évolue, même si l’a priori favorable et la visibilité que le parti reçoit de la part de plusieurs acteurs médiatiques donnent une impression contraire.     

Le parti de François Legault a frappé ses premiers icebergs cette saison-ci, alors que le Parti québécois se trouve de moins en moins à mesure qu’il se cherche et que le Parti libéral est sur le bord de la paralysie. Dans un tel contexte, Québec solidaire réussit l’exploit d’apparaître comme le grand perdant de cette session parlementaire, puisque c’est le parti qui aura connu le plus important recul dans son rapport de force.     

L’aube orange attendra encore.