/world/europe
Navigation

London Bridge: un portier raconte avoir agi «instinctivement» pour tenter d’arrêter l’assaillant

London Bridge: un portier raconte avoir agi «instinctivement» pour tenter d’arrêter l’assaillant
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Londres | Un portier blessé vendredi à Londres en tentant de s’opposer au jihadiste Usman Khan, qui a tué deux personnes lors d’une attaque revendiquée par le groupe État islamique, a expliqué avoir agi «instinctivement».  

Cet homme prénommé Lukasz était portier à la halle aux poissonniers, où se tenait une conférence du programme de formation et de réhabilitation de prisonniers de l’université de Cambridge, à laquelle participait l’assaillant.    

Usman Khan, 28 ans, a mortellement poignardé Jack Merritt, 25 ans, et Saskia Jones, 23 ans, deux diplômés de l’université.   

«Avec plusieurs autres, nous avons tenté d’empêcher un homme d’attaquer des gens à l’intérieur du bâtiment», a affirmé le portier dans une déclaration transmise par la police. Il a tenté de l’arrêter en utilisant une «barre». Un autre a utilisé une défense de narval.   

Usman Khan l’a «attaqué» avant de quitter les lieux. «Certains d’entre nous l’ont suivi, mais je me suis arrêté aux niveau des bornes du pont» de London Bridge, après avoir été poignardé, a-t-il expliqué.   

«Quand l’attaque est survenue, j’ai agi instinctivement», a raconté Lukasz.   

Le directeur des lieux, Toby Williamson a expliqué à la BBC qu’en affrontant seul pendant environ une minute Usman Khan, Lukasz a «gagné du temps» et «permis aux autres de s’échapper».   

De son côté, la famille du jihadiste s’est déclarée «choquée et attristée» et a condamné «totalement l’attaque perpétrée par Usman Khan, exprimant également leurs condoléances aux proches des victimes.   

Usman Khan avait été condamné à 16 ans de prison pour préparation d’actes de terrorisme, mais libéré à mi-peine sous bracelet électronique.   

Cette attaque, survenue à peine deux semaines avant les élections anticipées du 12 décembre, a conduit le gouvernement de Boris Johnson à réexaminer la libération anticipée de dizaines de condamnés pour des infractions terroristes.