/portemonnaie/job
Navigation

Huit choses à ne pas faire dans un entretien d’embauche

Huit choses à ne pas faire dans un entretien d’embauche
Crédit photo : Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les nombreuses annonces de pénurie d’employés, dénicher la job de rêve n’est pas une mince affaire. Ça peut prendre du temps et beaucoup d’envois de CV avant d’obtenir un rappel.   

Pour mettre toutes les chances de son côté quand on reçoit une demande d’entrevue, il y a certains faux pas à éviter. En voici quelques-uns.   

Oublier de faire ses devoirs  

Même si l’école est loin derrière nous, on peut tout de même voir un entretien d’embauche comme un examen. Il faut y venir préparé, sinon on peut rapidement avoir l’air perdu.   

Pour l’entrevue, on doit se renseigner sur l’entreprise et le recruteur auquel on aura affaire, histoire de pouvoir répondre aux questions et de montrer qu’on lui accorde de l’intérêt.   

Pour cela, il ne suffit pas d’aller faire un tour rapide sur le site de l’entreprise. On doit faire des recherches plus profondes, chercher les actualités de l’organisation, s’informer sur son industrie, ses compétiteurs et les récents développements du marché.   

En ce qui concerne l’entreprise, les réseaux sociaux peuvent constituer une bonne source d’informations.   

Il est aussi conseillé de faire une petite recherche sur le recruteur, connaître sa formation, ses expériences. Cela peut nous donner des points lors de l’entretien et puis c’est rendu facile avec LinkedIn.   

Réciter ses réponses   

L’entretien ne se finit pas quand on franchit la porte du bureau, mais 24 heures plus tard lorsqu’on envoie un courriel de suivi remerciant le recruteur et rappelant notre intérêt sincère pour l’emploi.   

Le recruteur cherche aussi à analyser notre comportement, notre langage non verbal et notre manière de gérer des situations sous stress.   

Se montrer incapable de s’adapter n’est pas une bonne façon de faire.   

Plutôt, on peut se préparer aux questions récurrentes en se concentrant sur l’idée générale qu’on souhaite véhiculer et la présenter adéquatement lors de l’entrevue.   

Trop se concentrer sur soi  

Bien sûr, un recruteur veut en savoir plus sur nous.   

Pour autant, il ne faut pas trop faire mention de nos ambitions personnelles. Dire à quel point nous voulons ce poste pour notre carrière et à quel point ce serait une expérience importante pour nous, c’est oublier l’essentiel: que l’entreprise souhaite nous engager pour l’aider à remplir ses objectifs à elle.   

Si l’on doit mettre nos qualités de l’avant, il faut le faire en référence à ce que ces dernières peuvent apporter à notre potentiel employeur.   

Ne pas poser de questions   

Souvent, lors d’un entretien, le recruteur nous laisse le temps de poser des questions. Ne pas saisir cette chance peut montrer un caractère un peu passif, voire désintéressé.   

Au contraire, poser des questions démontre une connaissance des enjeux que rencontre l’entreprise et cela peut nous aider à tisser des liens avec le recruteur.   

Bien sûr, toutes les questions ne sont pas bonnes à poser. En particulier les plus personnelles, du genre «êtes-vous marié?», «quel âge avez-vous?», etc.   

Oublier de faire un suivi  

L’entretien ne se finit pas quand on franchit la porte du bureau, mais 24 heures plus tard lorsqu’on envoie un courriel de suivi remerciant le recruteur et rappelant notre intérêt sincère pour l’emploi.   

Si on ne fait pas de suivi, on peut être oublié par le recruteur ou simplement passer derrière ceux qui ont pris le temps de le faire.   

Attention: faire un suivi ne signifie pas harceler le recruteur pour avoir une réponse. Un courriel suffit!  

Critiquer son ancien employeur  

Toute entreprise est l’ancien employeur de quelqu’un. En étant critique envers notre ancien employeur, notre potentiel nouvel employeur pourrait se dire qu’on ne manquera pas de faire de même plus tard.   

Plutôt, même si tout n’a pas si bien été, on peut toujours se concentrer sur l’aspect positif des choses et montrer qu’on ne garde pas de rancunes inutiles.   

Ne pas s’habiller adéquatement  

Un entretien d’embauche sert d’abord à vérifier si l’on correspond à l’entreprise. Si l’on vient en jeans et en t-shirt, alors que le code vestimentaire est plutôt costume-cravate, on risque de perdre quelques points.   

L’inverse est aussi vrai. Certaines jeunes agences peuvent avoir un code vestimentaire plus décontracté et venir en costume pourrait envoyer le mauvais message.   

En fait, il faut s’habiller en fonction de la culture d’entreprise.   

Arriver en retard  

Celle-ci est évidente. Mais tout de même, on la répète parce que ce n’est vraiment pas bon d'arriver en retard à un entretien d’embauche.   

Non seulement on donne l’impression de ne pas y accorder assez d’importance, mais en plus, on doit passer en entrevue à peine arrivé sans avoir eu le temps de reprendre notre esprit et de nous concentrer.   

En fin de compte, un entretien d’embauche est un test comme les autres.   

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux