/opinion/blogs/columnists
Navigation

Fu*k les étiquettes

Fu*k les étiquettes

Coup d'oeil sur cet article

  

Tranche de vie : lundi, je me rends au studio de Qub radio. Sur Ste-Catherine, en plein village gai, je me retrouve face à une affiche, sur un lampadaire : « Fu*k les étiquettes ». Wow, bel accueil ! Ça ressemble au niveau de langage d’une pancarte d’un étudiant de l’UQAM : « Fu*k le néolibéralismecapitalismepistouteslesaffairesenismegenre ». Ou à une affiche d’une manif de féministe 2.0 : « Fu*k le patriarcat pis l’oppression par des hommes blancs privilégiés ».    

  

Mais non, c’est bien une affiche de promotion en bonne et due forme de La Société de développement commercial (SDC) du Village.    

  

Je trouve l’affiche assez salée. A-t-on vraiment besoin d’utiliser ce mot-là pour marquer les esprits ? Mettons que je passe mon temps à dire à mon enfant de ne pas utiliser le mot qui commence par un f, je lui explique comment qu’il est placardé sur une affiche en plein centre-ville ?    

Des personnalités publiques comme Alex Perron ont été agacées par certaines des autres affiches placardés sur les lampadaires du village proclamant « J’aime quand tu viens » « Drag-moi où tu veux ». « Le village mérite assurément mieux que des citations à double sens sexuelles » a-t-il écrit sur la page Facebook du Village.     

Hier, le Village a annoncé le retrait de trois affiches, dont celle avec le Fu*k : « Sensibles aux commentaires de la population, le conseil d’administration et la direction de Village Montréal ont choisi de retirer certains affichages sur les tubulaires installés depuis lundi pour la saison hivernale 2019-2020 ».    

Personnellement, je trouve assez rigolotes les autres affiches avec jeux de mots, comme « Dur à queer » (surtout à cause de l’allusion au cuir assez omniprésent dans les sex shops du Village).     

Mais honnêtement, ce qui me fait le plus sourire avec l’affiche « Fu*k les étiquettes », c’est que l’on n’a jamais autant étiqueté les gens dans la communauté LGBTQQIAPP+etc.     

On multiplie les étiquettes, en veux-tu en voilà, il y en a une qui apparaît chaque semaine : lesbienne, gay, bi, bicurieux, trans, transgenre, transidentitaire, en transition, cis, queer, polysexuel, altersexuel, allosexuel, pansexuel, genre créatif, genre queer, genre variant, deux esprits, bispirituel, non-binaire, intersexuel, auto-identifié, monosexuel, fluide.     

Tu es soit un allié (Personne qui ne s’identifie pas ouvertement comme LGBT mais qui est reconnue par les membres des communautés en question comme défenseur de leurs droits) ou hétérocentrique ou encore hétéronormatif ou hétérosexiste.    

Il y a des lexiques pour se retrouver parmi les étiquettes. Tu ne voudrais surtout pas mésétiqueter quelqu’un.    

  

Alors, j'avoue que ça me fait un peu rigoler qu’on clame haut et fort : « fu*k les étiquettes » en s’empressant de définir tout un chacun selon une panoplie ... d’étiquettes.