/opinion/columnists
Navigation

Les enragés

Coup d'oeil sur cet article

Le monde est en ta.

Partout, sur les routes, dans les médias sociaux, dans les magasins à grande surface, les gens sont en ta. 

Le bouton de volume à 10, les quatre ronds du poêle allumés, prêts à exploser. 

Une étincelle, et pow ! 

LA MÉTHODE STRÉLISKI

C’est ce qui est arrivé sur la 40 Est. 

Une histoire niaiseuse d’autos qui se coupent et qui se dépassent a fini par une agression armée. 

Moi qui ai le « pout pout » facile, qui klaxonne lorsque l’automobiliste en avant de moi ne pèse pas sur la suce dès que le feu passe au vert (« Hey, Ducon, t’attends quoi pour décoller, une invitation par écrit ? » dis-je entre mes dents, pas trop fort), c’est une leçon. 

On ne sait jamais à qui on a affaire. 

L’automobiliste à qui tu fais « pout pout » peut être une bombe à retardement qui n’attend qu’un petit signe d’impatience de ta part pour se transformer en Rambo. 

Alors, calmons-nous. 

Reste zen, Richard. 

Sifflote une pièce d’Alexandra Stréliski dans ta tête. 

Ça devrait être obligatoire dans toutes les autos. 

Tu sens la pression monter ? Tu appuies sur un bouton Panique sur ton tableau de bord et Plus tôt d’Alexandra Stréliski se met à jouer. 

Un gin tonique auditif. 

Qui te rentre dans les oreilles et te masse le cerveau en te disant : « Shhhh, tout va bien aller, shhhhhh... » 

LA GROSSE VEINE BLEUE

Pourquoi le monde est en ta, comme ça ? 

Tu vas au Costco, et tu as l’impression d’être au beau milieu d’un manège d’autotamponneuses. 

Les gens utilisent leurs chariots comme si c’étaient des tanks. Tout juste s’ils n’installent pas des ogives nucléaires dessus.   

Tu mets la main sur la dernière boîte de Whippet ? Ils te désintègrent. 

Même pas d’avertissement. 

Tu es transformé en tas de cendres. 

Quant aux médias sociaux, n’en parlons pas. 

La grosse veine bleue dans le cou, LES MESSAGES EN MAJUSCULES AVEC DIX POINTS D’EXCLAMATION, tout le monde est au bout de sa chaîne. 

On dirait Cujo sur l’acide. 

Les dents sorties, la bave aux lèvres. 

Tiens, l’autre jour, un internaute m’a écrit pour me dire que j’étais une merde. 

Je regarde la photo du gars. Il ressemblait au père Noël ! 

Il m’a probablement lancé cette vacherie entre deux verres de lait. 

Fallait que ça sorte. 

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Après ça, j’imagine, il se sentait bien, et il est allé faire du bénévolat à Sainte-Justine. 

Ben coudonc. 

DES PATATES

Pressés, stressés, furieux, anxieux. 

Nous sommes tous à prendre avec des pincettes, comme une fiole de nitroglycérine. 

Pas notre faute... Comment pouvons-nous rester sains quand le monde autour de nous est fou raide ? 

Il faut trouver une façon d’évacuer le stress, de relaxer. 

Pour certains, c’est le sport. D’autres, le bricolage ou le jardinage. 

Moi, ce sont des films hongrois ou suédois en noir et blanc avec des plans-séquences de 10 minutes sur un champ de patates. 

L’important est de décrocher. 

Tirer la plogue. 

Le monde est de plus en plus crinqué. 

Pas étonnant que tant de gens gobent des antidépresseurs comme si c’était des M&M. 

Le monde est un train sans frein qui dévale une pente à toute vitesse... 

ÉDITO DE RICHARD MARTINEAU