/sports/fighting
Navigation

Mathieu Germain n’a pas oublié

Coup d'oeil sur cet article

Le boxeur Mathieu Germain (17-1-1) n’oubliera jamais la date du 28 septembre 2019. Et malheureusement, ce n’est pas pour les bonnes raisons.

Ce jour-là, le Québécois a subi sa première défaite en carrière, par K.-O., devant les siens au Casino de Montréal. Ce genre de revers ne s’efface pratiquement jamais de la tête d’un boxeur.

«Je m’en suis remis. Est-ce que je l’ai accepté? Non! J’ai simplement appris à vivre avec cette première défaite», a expliqué Germain en entrevue à TVA Sports.

«Moi, je suis un champion. J’ai donc pris la défaite comme un champion. Les revers font partie du sport. Et la beauté de la boxe, c’est que tout peut se terminer avec un coup de poing. Je gagnais le combat jusque-là, mais on sait comment ça s’est terminé. Je ne suis pas du genre à arriver devant les médias et expliquer ma défaite avec de faux prétextes. Même lorsqu’on gagne, il y a des fois où l’on n’est pas à 100% dans le ring.»

Le pugiliste a raconté que sa famille a joué un grand rôle lors des jours suivant le combat.

«Je suis devenu papa quelques jours avant le duel. Donc c’est sûr que ma petite fille m’a beaucoup aidée à passer au travers. Camille Estephan m’a ensuite dit qu’on allait se battre rapidement, ce qui fait que je n’ai pas eu le choix de me remettre au travail.»

Apprendre de ses erreurs

Germain estime qu’il a beaucoup appris de sa première défaite.

«Oui, je dois davantage me protéger, mais pas seulement ça. Les gants sont plus petits chez les pros. Je dois revenir à ce que je faisais avant, c'est-à-dire entrer dans l’action et en sortir aussitôt. J’ai peut-être fait trop confiance à mon menton. Je compte revenir à la base.»

Germain aura l’occasion de prouver qu’il dit vrai dès samedi, alors qu’il affrontera le Mexicain Gilberto Meza (11-8-1) en sous-carte du combat de David Lemieux.