/finance/business
Navigation

Employée congédiée pour la fuite chez Revenu Québec

Sandra Fajardo
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Quatre mois après la violation de la confidentialité qui a touché les données personnelles de 23 000 travailleurs actuels et passés chez Revenu Québec, le fisc a récemment remercié l’employée responsable de la fuite, a appris Le Journal.

La dame en question, Sandra Fajardo, était soupçonnée d’avoir transféré à son adresse courriel personnelle et à celle de son conjoint des données, comme des noms, des prénoms et des numéros d’assurance sociale de milliers de travailleurs. Elle affirmait avoir l’autorisation de son supérieur.

En août dernier, la Sûreté du Québec (SQ) avait procédé à son arrestation.

Son conjoint, Nestor Raul Rocha Medrano, avait également été rencontré et interrogé par les policiers.

Le domicile du couple, à Québec, avait alors été perquisitionné, mais aucune accusation n’avait été portée.

Dans un échange de courriels, Revenu Québec indique au Journal que des éléments recueillis dans le cadre de son enquête ont « mené à la fin d’emploi de la personne responsable de la violation de confidentialité ». Initialement, la dame avait été suspendue avec salaire.

Quant à Nestor Raul Rocha Medrano, qui travaille au ministère de la Santé et des Services sociaux, il a pu retourner au boulot en novembre. Il avait aussi été suspendu avec salaire pour la durée de l’enquête des policiers.

Enquête complétée

Du côté de la Sûreté du Québec, on confirme que le dossier est aujourd’hui sur le bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Ce dernier analysera maintenant si des accusations pourraient être portées.

Revenu Québec réitère que, pour l’instant, aucun élément n’indique que les données auraient été utilisées à des fins malveillantes ni qu’elles auraient été vendues à des tiers. « Toutefois, seules les conclusions de l’enquête policière pourront nous assurer de la nature de l’utilisation de ces renseignements », répond la porte-parole, Joannie Leduc.

« À l’heure actuelle, rien n’indique que cette situation serait similaire à celle vécue par Capital One et Desjardins. »

L’agence gouvernementale n’est toujours pas en mesure de dire si elle offrira une protection contre le vol d’identité aux personnes concernées.

En août, lorsque Le Journal avait rencontré le couple à son domicile, Nestor Raul Rocha Medrano avait laissé entendre qu’il ne savait pas ce qu’il s’était passé.

Quant à Sandra Fajardo, elle avait laissé planer la possibilité qu’il puisse s’agir « d’une erreur ».

Le bris de confidentalité

  • 23 000 travailleurs actuels et passés chez Revenu Québec sont touchés.
  • La Sûreté du Québec a récemment complété son enquête.
  • Le Directeur des poursuites criminelles et pénales analysera le dossier au cours des prochains mois.
  • Revenu Québec n’est toujours pas en mesure de dire si elle offrira une protection contre le vol d’identité aux personnes concernées.