/finance
Navigation

Jolin-Barrette dénonce l’unilinguisme de SCALE AI

Montréal est une ville francophone, rappelle le ministre

Le directeur général de SCALE AI, Julien Billot, a lancé en anglais mardi un nouveau programme de 20 M$ pour aider les jeunes entreprises à l’Espace CDPQ, à Montréal.
Photo Francis Halin Le directeur général de SCALE AI, Julien Billot, a lancé en anglais mardi un nouveau programme de 20 M$ pour aider les jeunes entreprises à l’Espace CDPQ, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette, estime que l’organisme SCALE AI, financé à 230 M$ par le fédéral, a manqué de respect envers les Québécois en lançant en anglais mardi son nouveau programme à Montréal.

« Il s’agit d’une question de respect. La langue commune au Québec est le français », a dénoncé au Journal le ministre responsable de la Langue française Simon Jolin-Barrette, par la bouche de son attachée de presse, Élisabeth Gosselin.

Mardi, la supergrappe d’intelligence artificielle SCALE AI, basée au Québec, a lancé son nouveau programme « Accélération » de 20 M$ à l’Espace CDPQ sans prononcer un seul mot de français.

Diffusée partout au Canada

« Comme on avait un stream live avec des gens du Canada anglais et que l’écosystème de jeunes pousses à Montréal est quand même très anglophone, qu’on le veuille ou non, c’est comme ça, c’est pour ça qu’on l’a fait en anglais », s’était défendu après l’événement son directeur général de SCALE AI, Julien Billot.

Pour justifier ce choix, M. Billot a expliqué que sa présentation était diffusée partout au Canada et qu’il voulait notamment éviter des coûts de traduction simultanée.

L’ex-PDG de Pages Jaunes a précisé que ses communiqués de presse, plans stratégiques ou son site web sont toujours bilingues et que leur langue au travail est « beaucoup » le français.

Le patron de SCALE AI a insisté pour dire que l’enveloppe de 20 M$ annoncée mardi au cœur de la métropole québécoise provenait « uniquement du programme fédéral ».

Du mépris

Hier, au cabinet du ministre de la Langue française du gouvernement Legault, ce faux pas de SCALE AI, qui a aussi reçu des dizaines de millions de dollars de Québec, n’a pas passé.

« La langue officielle du Québec est le français et Montréal est une ville francophone », n’a pas manqué de souligner l’attachée de presse du ministre responsable de la Langue française, Élisabeth Gosselin.

Joint par Le Journal, le président du Mouvement Québec français (MQF), Maxime Laporte, a également tiré à boulets rouges sur les organisations comme SCALE AI.

« Il s’agit d’un nouvel épisode de mépris flagrant de la langue commune au Québec, qui est le français. Je lance le défi à la classe politique d’inviter les gens d’affaires à faire preuve de “franco-responsabilité” », a-t-il conclu.