/qubradio
Navigation

Morsures de chiens: il faut miser davantage sur la prévention, insiste le président de l'Association des médecins vétérinaires du Québec

Bloc Pitbull
Photo d'archives, Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Appelé à réagir au dévoilement du règlement sur les chiens dangereux, le président de l'Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ), Jean Gauvin, a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir accordé de place à la prévention et l’éducation dans sa nouvelle législation. 

«Là-dedans, il n’y a rien pour la prévention. [...] Il faut qu’on vise les parents. Qu’ils aient des animaux ou pas, ce n’est pas grave, ils vont être en contact ces enfants-là avec des chiens éventuellement et les enfants doivent savoir comment réagir», a affirmé M. Gauvin en entrevue à QUB radio.

Selon lui, il s’agit d’un élément clé pour arriver à éviter bon nombre de morsures, en particulier du côté des plus jeunes.

«Il y a trop d’enfants qui se font mordre tous les jours au Québec», a-t-il insisté à l’émission Les Effrontées.

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Jean Gauvin à QUB radio: 

Sur ce point, le président de l’AMVQ a souligné qu’il faudrait aussi que le gouvernement Legault légifère pour s’assurer que les chiots soient élevés et éduqués dans des conditions adéquates.

«Il n’y a pas de réglementations et ça n’aide pas», a laissé tomber le vétérinaire.

Parmi les autres «morceaux du casse-tête» qu’il manque au nouveau règlement, ce dernier a déploré notamment l’absence d’un registre national des chiens dangereux.

Un chien qui mord n’est pas nécessairement dangereux

Cela dit, Jean Gauvin a toutefois tenu à saluer certaines mesures présentées cette semaine.

Il juge entre autres qu’il est bénéfique de laisser aux vétérinaires le soin de juger s’il faut rapporter ou non chaque morsure, et ce, selon les circonstances de l’incident.

L’intervenant a donné comme exemple qu’un chien souffrant pouvait mordre, mais sans toutefois s’avérer dangereux une fois qu’il est guéri.

«Ce chien-là, une fois qu’on va avoir traité son otite, c’est terminé, il ne mordra plus. Ce n’est pas ça, un chien dangereux. Des chiens qui sont potentiellement dangereux, ils vont avoir des comportements anormaux ou ils ont vraiment une maladie mentale», a-t-il soutenu.

«C’est plate que ce que je vais dire là et je vais me faire "blaster" sur les réseaux sociaux, mais ça peut arriver qu’un chien morde et que ce soit un comportement normal», a ajouté le président de l’AMVQ.

De ce fait, le vétérinaire insiste sur l’importance de bien évaluer un chien qui a mordu afin de découvrir ce qui l’a poussé à agir ainsi.

Conséquemment, l’Association des médecins vétérinaires du Québec s’oppose à ce que certaines races de chien spécifiques soient bannies.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions