/news/politics
Navigation

Trudeau se met encore les pieds dans les plats

Il se moque de Trump, qui ne le digère pas

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau s’est à nouveau attiré l’ire de Donald Trump après s’être moqué de lui lors du dernier jour de rencontres de l’OTAN, au moment où le Canada cherche à pousser la ratification de la nouvelle mouture de l’ALENA aux États-Unis.  

«Il est hypocrite», a lancé aux médias réunis à Londres le président Trump au sujet du premier ministre canadien, avant d’ajouter qu’il était tout de même un «type bien».    

Le fils du président en a rajouté une couche hier après-midi, en gazouillant une photo du premier ministre lorsqu’il avait arboré un « brownface » en 2001 tout en écrivant que son père avait raison de dire que M. Trudeau avait «deux visages».    

Ceux-ci réagissaient aux moqueries de Justin Trudeau plus tôt dans la journée. Lors d’une conversation notamment avec le président français Emmanuel Macron et le premier ministre britannique Boris Johnson, M. Trudeau a ri du fait que le président américain avait causé plusieurs retards avec des points de presse impromptus où il mettait souvent d’autres chefs d’État sur la sellette.    

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Même si la discussion devait être privée, M. Trudeau parlait assez fort pour qu’une caméra de presse réussisse à capter ses propos lors de la réception tenue à Buckingham Palace. Il a ensuite tenté de minimiser ses propos tout en niant qu’il insultait M. Trump.    

Cette histoire n’est d’ailleurs pas sans rappeler la fin du G7 à Charlevoix l’an dernier, où M. Trump avait fustigé M. Trudeau à partir de son avion après un point de presse du dirigeant canadien.    

Image d’arrogance  

Même si l’incident est une «tempête dans un verre d’eau», l’expert en politique canadienne à l’Université d’Amsterdam Mike Medeiros croit que l’image de M. Trudeau en prendra un coup.    

«C’est une autre frasque diplomatique, une autre goutte qui ajoute à cette image d’arrogance dont il essaye si fort de se départir», explique M. Medeiros. Il ne croit toutefois pas que l’histoire aura des répercussions importantes sur la relation entre le Canada et les États-Unis.    

«Attaquer Donald Trump ne fera pas de mal à l’image de Justin Trudeau, au contraire. Mais le faire dans le dos du président, ce n’est pas cool. Il se doit d’être plus professionnel», analyse l’expert.    

La veille, M. Trudeau s’était retrouvé sur la sellette quand le président américain lui avait demandé quelle part du produit intérieur brut le Canada consacrait à des dépenses militaires.    

M. Trudeau a dû se tourner vers les membres de son équipe, qui lui ont finalement fourni une réponse erronée.    

Ottawa devrait injecter au moins 15 ou 20 G$ dans les Forces armées s’il souhaite remplir pleinement les demandes américaines.    

  • Écoutez le commentaire du politologue et spécialiste des relations internationales Jocelyn Coulon sur le sujet à QUB radio:  

 

 

Le fil des événements    

Dans la séquence vidéo qui a fait le tour du monde, Justin Trudeau se moque de Donald Trump en compagnie des premiers ministres britannique et néerlandais, Boris Johnson et Mark Rutte, du président français Emmanuel Macron, ainsi que de la princesse Anne, lors d’une chic réception à Buckingham Palace. Vexé, le président américain a traité M. Trudeau d’hypocrite avant d’annuler sa conférence de presse de clôture et de quitter le sommet de l’OTAN en coup de vent.    

Photo AFP

«Il [Emmanuel Macron] est en retard parce qu’il [Donald Trump] prend 40 minutes pour une conférence de presse chaque fois.»    

Photo AFP

«J’ai vu la mâchoire des gens de son équipe [Donald Trump] tomber.»    

Photo AFP

 [Rires]    

 Deux autres gaffes de Justin    

Photo AFP

Le voyage en Inde   

  • Février 2018, la mission diplomatique de Justin Trudeau tourne au fiasco. La famille Trudeau est ridiculisée pour son recours excessif aux costumes traditionnels. Mais surtout, la présence d’un ancien terroriste sikh à une réception officielle canadienne fait dérailler le voyage.        

La controverse du blackface   

  • En pleine campagne électorale, des images montrant Justin Trudeau en blackface sont relayées aux quatre coins de la planète.    
  • Le fils de Donald Trump a d’ailleurs utilisé l’incident pour appuyer son père, qui dit que Trudeau est un hypocrite.        

Les chefs réagissent    

«Il y a un certain décorum qui est de rigueur et la meilleure manière d’obtenir un respect du président d’une autre nation, c’est de ne pas grossièrement en manquer nous-mêmes à son endroit.» – Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois  

«À un moment où le Canada a plus que jamais besoin de relations fortes, le piètre jugement de Justin Trudeau, son manque de professionnalisme et son amour du drame continuent d’affaiblir le positionnement du Canada sur la scène internationale» – Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada  

«Les deux faces de M. Trudeau, cette façon de parler d’une façon en public et en privé, c’est quelque chose qu’on a déjà vu avec lui.» – Jagmeet Singh, chef du Nouveau Parti démocratique  

Photo AFP

«Il [Justin Trudeau] est hypocrite. C’est un type bien... mais c’est comme ça.»    

«Je lui ai dit qu’il ne payait pas les 2 % de son PIB promis pour les dépenses militaires et je suis sûr qu’il n’était pas content.» – Donald Trump