/investigations/truth
Navigation

Difficile de confirmer les baisses de taxes

budget ville Mtl
Photo Chantal Poirier

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : les recherchistes de notre Bureau d’enquête, basées à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialisent dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, elles vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a présenté à la fin du mois de novembre le budget de la Ville pour l’année 2020.

« Rappelons que l’année dernière, nous avons offert une baisse de 10 % de taxes sur le premier 500 000 $ d’évaluation des commerces. Cette baisse a permis à 90 % des commerçants de profiter d’une réduction de taxes », a-t-elle affirmé pour l’occasion.

LES FAITS

Est-ce que 90 % des commerçants montréalais ont vraiment profité d’une baisse de taxes ? 

Le budget de la Ville offrait deux analyses très différentes.

La première a été faite en fonction des unités d’évaluation foncière (les immeubles avec un impôt foncier). En se basant sur celle-ci, il est vrai qu’environ 90 % des immeubles non résidentiels ont subi une baisse de taxes cette année.

Mais la deuxième analyse, qui tient compte du fait qu’un seul immeuble peut abriter plusieurs commerces locataires, offre un portrait complètement différent. Dans ce cas, c’est plutôt 56 % des locaux qui verraient, en 2019, une diminution de leurs charges fiscales, contre 42 % qui subiraient une hausse. Lorsqu’on isole le secteur du centre-ville, 86 % des locaux commerciaux verraient leurs comptes de taxes augmenter ! Des statistiques beaucoup moins réjouissantes que ce qu’annonçait la mairesse.

Ce sont les propriétaires et les commerçants locataires qui déterminent, dans leurs baux, comment les taxes sont réparties. « Cette [deuxième] analyse supposait que chaque local dans chaque immeuble se voyait attribuer une baisse/hausse proportionnelle à celle de l’immeuble », a expliqué la Ville de Montréal.