/misc
Navigation

La monarchie britannique: une question d’ADN?

La famille royale en 1960
Photo d'archives, AFP La famille royale en 1960

Coup d'oeil sur cet article

Le tsunami médiatique actuel autour des allégations selon lesquelles le prince Andrew aurait eu des relations sexuelles avec une mineure va-t-il mettre en cause l’avenir de la monarchie? 

Deux groupes antimonarchistes britanniques, REPUBLIC et Throne Out profitent des déboires actuels des Royals pour raviver leur campagne en faveur de l’abolition de la monarchie. Pour eux, l’hérédité est une bien piètre raison de subventionner le train de vie extravagant des fainéants lubriques que sont les Windsor, une famille encore plus dysfonctionnelle que celle d’Homer Simpson. 

La monarchie est une institution brisée selon REPUBLIC qui souligne que la reine ne peut jamais prendre des initiatives dans l’intérêt public. La tradition l’oblige à simplement entériner les décisions du gouvernement du jour comme c’est le cas présentement dans la crise du Brexit. Selon les antimonarchistes, un chef d’État élu serait vraiment représentatif des espoirs et des aspirations du peuple britannique. Moi je me méfierais et, à leur place, je regarderais ce qui se passe de ce côté-ci de l’Atlantique avec Trump aux États-Unis. 

Mais comment les adversaires de la monarchie britannique espèrent-ils mettre en cause la légitimité de cette institution millénaire? 

Les antimonarchistes réclament qu’on soumette la reine et tous les autres membres de la famille royale qui vivent aux dépens des contribuables à des tests d’ADN afin de vérifier s’ils sont bien qui ils prétendent être. Ils veulent tout simplement un certificat d’authenticité. C’est une monarchie héréditaire, non? 

Certains sujets tabous que seuls de rares initiés osaient à peine chuchoter dernière des portes closes sont maintenant ouvertement discutés en Grande-Bretagne. Il y a, en effet de bonnes raisons de croire qu'Élisabeth II, sa fille, la princesse Anne, et sa bru, lady Diana, ont toutes trois donné naissance à des enfants illégitimes, polluant irrémédiablement l’hérédité de la famille. 

J’ai parlé dans un blogue récent des infidélités de la reine qui s’est amourachée successivement du gérant des écuries royales et du maître adjoint de la maison royale qui seraient les pères des princes Andrew et Edward. 

La filiation paternelle de la reine elle-même est aussi mise en doute. Est-elle vraiment la fille de George VI? La célèbre auteure iconoclaste américaine Kitty Kelly rapporte dans son livre The Royals un bruit qui circule depuis des décennies dans l’aristocratie: George VI, aurait été impuissant, par conséquent incapable de perpétuer sa lignée. Élisabeth et sa sœur Margaret auraient été conçues toutes deux par insémination artificielle. La question se pose: si tel est le cas, est-ce bien le sperme de George VI qui a été utilisé pour inséminer la reine mère? 

Les questions de filiation des héritiers du trône du Royaume-Uni accablent tout autant la génération suivante des Windsor. La fille de la princesse Anne, Zara, serait le fruit d’une liaison amoureuse avec son garde du corps Peter Cross, un sergent-détective de la police de Londres. Quant au fils cadet de lady Diana, le prince Harry, il a une très forte ressemblance avec le major James Hewitt, un des amants de lady Di dont il a le physique, les cheveux blond roux, les taches de rousseur et la même mâchoire distinctive. Hewitt est un personnage méprisable qui tente de vendre 64 lettres de la princesse contenant des détails de leur vie amoureuse. Selon le Daily Mail, William et Harry seraient prêts a lui racheté les lettres de leur mère. Je rappelle que la princesse Diana et le prince Charles ont tous deux admis leur adultère. 

Pour laver les Windsor de tout soupçon, le gouvernement britannique pourrait prendre l’initiative d’effectuer les tests ADN sur les Royals réclamés par REPUBLIC et Throne Out. Il ne le fera jamais. Il a bien trop peur des résultats qui pourraient plonger le Royaume-Uni, le Canada et le reste du Commonwealth dans une crise constitutionnelle plutôt hilarante pour le reste de la planète.