/news/health
Navigation

Un médecin critique la gestion du programme des cliniques d'hiver

Coup d'oeil sur cet article

Un docteur des Laurentides remet en question la gestion du programme des cliniques d'hiver au Québec, qui pourrait être bien plus efficace, à son avis. 

Seules 50 cliniques d’hiver ouvriront leurs portes dans tout le Québec en 2019, contrairement à 71 l’an dernier. Or, ce nombre devrait être «beaucoup plus important», estime le Dr Simon-Pierre Landry, urgentologue et directeur de l’urgence de l’hôpital Laurentien, à Sainte-Agathe-des-Monts, dans les Laurentides. 

Mises en place pendant la saison froide, les cliniques d'hiver permettent de réorienter des patients qui se présentent à l’urgence vers ces ressources qui répondent à leurs besoins et de désengorger les salles d’attente des hôpitaux. 

«On s'entend tous que c'est une bonne idée, les cliniques d'hiver. Le problème, c'est un problème d'organisation qui vient du ministère. [...] Ce ne sera pas seulement un problème dans les Laurentides, mais dans l'ensemble de la province, parce que les cliniques d'hiver, comme elles sont organisées présentement, ne répondront pas à la demande», a toutefois exposé le Dr Landry. 

«Les cliniques n'embarquent pas dans ce programme-là. Pourquoi? Tout simplement parce que le programme du ministère est tout croche», a-t-il poursuivi. Selon lui, le ministère de la Santé aurait intérêt à laisser les autorités locales de la santé, voir les directions des hôpitaux, gérer directement le budget alloué au programme en nouant des partenariats directement avec des cliniques, plutôt que de laisser des fonctionnaires gérer le tout depuis Québec. 

Sa région, les Laurentides, ne compte d'ailleurs aucune clinique d'hiver. 

L’an dernier, 29 000 personnes ont fréquenté une clinique de ce genre au Québec. «C'est une goutte d'eau dans l'océan. Cette goutte d'eau ne peut pas être une importante rivière qui va désengorger les urgences vers les cliniques», a déploré le médecin, qui assure qu'une meilleure gestion du programme permettrait de décupler ses effets sur les urgences.