/misc
Navigation

Afghanistan: une guerre à la vérité?

Afghanistan: une guerre à la vérité?
AFP

Coup d'oeil sur cet article

En découvrant cette nouvelle ce matin, je n'ai pu faire autrement que de penser aux Pentagon Papers, ces fameux documents secrets dont le New York Times et le Washington Post dévoilaient partiellement le contenu en 1971.  

Ce que publie le Washington Post rappellera sans doute aux Américains de mauvais souvenirs, soit les mensonges des administrations républicaines et démocrates au sujet de la guerre du Vietnam. Si le gouvernement américain a maintes fois affirmé qu'on effectuait des progrès sur le terrain, les documents obtenus par le Post démontrent le contraire.   

Ce qu’on rend public aujourd’hui est le fruit d’un travail de longue haleine doublé d’une lutte pour le droit d’accès à l’information. Si on peine parfois à financer le journalisme d’enquête, lorsqu’il rapporte, il rapporte gros. Dans le dossier du Post, on retrouve plus de 2000 documents et 400 entrevues avec des témoins des événements qui ne se gênent pas pour brosser un tableau sombre.   

Les témoins soulignent la méconnaissance du dossier afghan et le manque de coordination entre le Pentagone, la Maison-Blanche, le Congrès et le département d’État. Aucun des présidents impliqués ne trouve grâce à leurs yeux, pas plus George W. Bush que Barack Obama ou Donald Trump. Un gâchis incroyable aux résultats positifs très limités qui aura entraîné la mort de 2300 soldats.   

Si le conflit a coûté de nombreuses vies humaines, les coûts financiers des opérations sont astronomiques, plus de 900 milliards, une somme à laquelle il faudrait ajouter les opérations de la CIA et les soins médicaux offerts aux vétérans de ce conflit. Une question revient continuellement dans la bouche des témoins cités dans l’article du Post: «Tout cela valait-il le coup?»   

Qu’on discute des retombées de l’implication américaine est une chose, mais il est clair à la lecture du reportage que les gouvernements successifs ont menti aux Américains continuellement. Des informations du terrain, on ne retenait que certains aspects plus favorables qu’on se chargeait ensuite de présenter avec des lunettes roses. À ce chapitre, les documents sont sans équivoque: «The American people have constantly been lied to.»   

J’aurai assurément l’occasion de revenir sur le contenu des documents et des entrevues du Post, mais en attendant, je me permets de souligner l’importance du journalisme d’enquête qui constitue bien souvent un réel contrepoids aux décideurs. Le dossier n’est pas partisan ici, toutes les administrations en sortent entachées.   

Cette véritable bombe est publiée alors que le gouvernement négocie toujours sa sortie d’Afghanistan. Le travail de l’entourage du président n’en sera que plus complexe et on ne manquera pas de relancer les candidats démocrates sur le sujet, pensons surtout à Joe Biden qui fut vice-président, et à Pete Buttigieg qui a servi en Afghanistan. Vous savez comme moi que les Occidentaux sont de plus en cyniques au sujet de leurs élus, et il est bien difficile de ne pas l'être devant une telle opération de dissimulation.   

Le lien pour un dossier du Post ici.   

Les Afghanistan Papers ici.