/lifestyle/beautyfashion
Navigation

Dans la garde-robe de... Lexson Mathieu

Coup d'oeil sur cet article

Lexson Mathieu, surnommé The Next One, se taille combat après combat une place parmi les futurs grands boxeurs. À peine âgé de 20 ans, il enchaîne les duels dans le ring, qu’il emporte haut la main. Samedi dernier au Centre Bell, il a vaincu Rolando Paredes et devient le champion NABF Junior des super-moyens.

Quelques jours plus tôt, il était de passage au Dix30 de Brossard au Magasin général de Dress to Kill (dans la nouvelle section Le Block, tout près de l’Hôtel Alt et du Théâtre l’Étoile) pour y faire quelques achats à temps pour les Fêtes. L’invité spécial de la soirée est aussi le mannequin vedette de la plus récente édition du magazine DTK Men. Le pugiliste est en couverture de l’édition hiver du magazine.

Le jeune homme qui se prêtait au jeu du mannequin pour la première fois est très posé et axé sur sa carrière d’athlète. « Avant je pouvais passer beaucoup de temps à réfléchir à ce que j’allais porter, mais plus maintenant. Dans mon quotidien, je suis souvent habillé de la même façon, car j’achète plusieurs exemplaires de mes vêtements. Lorsque je sors avec ma blonde, je fais un effort et je compose un look avec mes pièces plus chic », explique-t-il.

Photo courtoisie, Genevieve Charbonneau

À l’agenda de LEXSON

  • Il est en couverture du nouveau numéro DTK Men en kiosques maintenant.
  • Visitez les sites Eye Of The Tiger Management ou Punching Grace pour les détails de ses prochains combats.
Photo Martin Alarie

« J’ai un faible pour le rouge ; c’est une couleur extravagante aux connotations de passion et d’agressivité. J’aime la coupe de cette veste et les détails dorés », partage-t-il.

Photo Martin Alarie

« Je portais des chapeaux avant, mais depuis que je suis un boxeur professionnel j’entretiens mon afro, car c’est une mini couche de protection », explique Lexson.

Photo Martin Alarie

« Ma mère me conseille toujours de faire attention, de ne pas en faire trop pour attirer la critique. Je l’écoute et je travaille des styles qui ne sont pas tape-à-l’œil, sauf quand je monte dans le ring. Mon peignoir est en velours vert émeraude et orné de touche d’or et de rouge », confie le boxeur.

Photo Martin Alarie

« Je cherchais un foulard chaud et doux et j’ai trouvé ce col en fourrure. Il est vraiment parfait et j’aime le look qu’il confère à mon manteau », lance le boxeur.

Photo Martin Alarie

« Je ne porte jamais de vêtements avec des logos, car je ne veux pas être une affiche publicitaire, outre que pour mon logo. Je serais intéressé à lancer ma marque éventuellement », ricane-t-il.

Photo Martin Alarie

« J’aime m’habiller chic, mais pas flashy, avec des pièces classiques de couleurs sombres », déclare Lexson.

4 questions mode à Lexson

Avez-vous un porte-bonheur ou une routine avant un combat ?

Non. Je ne veux pas de routine, car je ne voudrais jamais être déstabilisé si les conditions ne me permettent pas de la réaliser. Je veux toujours m’adapter et perfectionner ma résilience. Je n’ai pas de porte-bonheur, par contre je ne porte mon peignoir de combat que lorsque je m’apprête à monter dans le ring.

Comment décririez-vous votre style ?

Je suis old school. J’aime beaucoup les vestes et les manteaux en laine. Je ne porte pas de chemises, préférant de loin les cols roulés ou les t-shirts. La mode des baskets n’est pas pour moi, j’opte surtout pour des bottillons en cuir. Je veux être bien mis. Mes tenues dans DTK Men me représentent bien, le styliste (Simon Venne) a fait un bon travail.

Et votre peigne afro ?

Photo Martin Alarie

Je l’ai toujours avec moi, soit dans ma poche arrière ou dans mes cheveux. J’ai choisi le modèle se terminant en « black fist » en hommage aux Black Panthers. Je m’en sers régulièrement pour me coiffer ou pour démontrer mon allégeance.

Êtes-vous un adepte du magasinage ?

C’est une de nos activités de couple favorites à Alexandra (Chavarria) et à moi. On n’a pas de boutiques préférées. On fait du lèche-vitrine en se promenant aux Galeries de la Capitale ou à Laurier Québec. Si la vitrine nous plaît, on entre. C’est simple comme cela.