/sports/fighting
Navigation

Gala de boxe: «On a eu chaud»

Gala de boxe: «On a eu chaud»
Photo Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

L’équipe d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) peut se féliciter pour le succès du gala de boxe tenu samedi soir au Centre Bell, mais le groupe est tout de même passé près de la catastrophe au point de vue sportif.

• À lire aussi: Encore plusieurs questions à répondre pour David Lemieux

Au cours du combat principal, le Québécois David Lemieux est allé deux fois au tapis contre Maksym Bursak dans ce qui était son premier duel chez les 168 lb. Lemieux a fini par l’emporter par décision partagée au terme d’un duel spectaculaire, mais du côté d’EOTTM, on a eu des sueurs froides.

«On n'a pas beaucoup respiré. Pour la finale, les amateurs l'ont aimée et David a tout donné, mais on a eu chaud là», a souligné le directeur général d'EOTTM, Antonin Décarie, en entrevue à l’émission «Dave Morissette en direct» de la chaîne TVA Sports, lundi soir.

«Il montait de catégorie, il avait beaucoup de choses dans sa tête à régler. Malheureusement, il s'est fait atteindre solidement dès le premier round, par un gars de qualité, a-t-il rappelé. Ça aurait pu se finir là s'il n'avait pas montré autant de courage et de détermination.»

Rival peu commode

C’est l’entraîneur de Lemieux, Marc Ramsay, qui avait choisi Bursak comme adversaire pour ce premier combat chez les super-moyens. C’était aussi un premier choc en 15 mois pour Lemieux.

«On a choisi un gars qui allait nous donner du trouble. Ç’a failli jouer contre nous, mais en même temps, on sait exactement où David est», a observé Décarie.

Lemieux pourrait-il retourner chez les 160 lb, étant donné que ce duel contre Bursak a donné des résultats mitigés? Il est «un peu tôt pour tirer des conclusions», a indiqué Décarie.

Un duel de premier plan pour Makhmudov?

Décarie est le bras droit du grand patron d’EOTTM, Camille Estephan. Ce dernier en a fait sourciller quelques uns, samedi soir, lorsqu’il a indiqué qu’il offrirait 20 millions $ à l’un des deux monarques des poids lourds, Deontay Wilder ou Tyson Fury, pour organiser un combat contre le Montréalais Arslanbek Makhmudov.

Le colosse russe réduit tous ses adversaires en purée depuis deux ans et ils sont peu nombreux à vouloir l’affronter dans la catégorie des lourds. L’équipe d’EOTTM semble convaincue que Makhmudov est tout près du sommet.

«Vous connaissez bien Camille Estephan. C'est un excellent homme d'affaires, il n'a pas dit ça à travers son chapeau, a indiqué Décarie au sujet de l’offre. Il est parfaitement conscient que c'est un gros montant, mais en même temps, c'est un risque qui est très calculé. Si on investit 20 millions $, mais qu'on en génère 30, 40, ça vaut vraiment la peine.»