/news/health
Navigation

Hausse des demandes d’aide psychologique chez les docs

Le nombre de requêtes a grandement augmenté en cinq ans selon un rapport

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre de médecins de famille et de spécialistes du Québec qui ont demandé de l’aide pour détresse psychologique a explosé de plus de 80 % au cours des cinq dernières années.  

Le nombre de requêtes d’aide a bondi de 84 % pour les médecins omnipraticiens et de 83 % chez les médecins spécialistes en cinq ans. Uniquement pour l’an dernier, cette hausse est respectivement de 14 et 24 % selon le rapport annuel 2018-2019 du Programme d’aide aux médecins du Québec (PAMQ).  

«C’est le signe que ce qu’on avance depuis un certain temps est vrai [...] La situation des médecins est très difficile», commente Louis Godin, président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), après avoir pris connaissance des nouvelles données.  

Tant du côté du Dr Godin que de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ), on précise que des efforts ont été déployés dans les dernières années pour inciter les médecins à demander de l’aide en cas de besoin. Cette stratégie pourrait expliquer en partie la hausse.  

Le rapport indique qu’il est «apparent que les changements organisationnels des trois dernières années ont eu des répercussions sur les individus. La charge de travail supplémentaire, la baisse des effectifs et les tensions sont des terreaux fertiles pour l’épuisement et les conflits.»  

En février dernier, notre Bureau d’enquête a publié un dossier sur une série noire de 12 suicides en trois ans chez les médecins et les inquiétudes du milieu concernant la détresse psychologique des docteurs.  

Sentiment d’impuissance 

<b>Diane Francoeur</b><br />
Présidente de la FMSQ
Photo d'archives, Jean-François Desgagnés
Diane Francoeur
Présidente de la FMSQ

«Il y a une incongruité entre ce qu’on aimerait faire et ce qu’on peut faire. Par exemple, à force de se faire dire qu’on n’a pas les ressources pour opérer, ça finit par nous atteindre», observe la présidente de la Fédération des médecins spécialistes du Québec, Diane Francoeur, en marge des derniers préparatifs de la présentation à ses membres de l’entente de principe survenue récemment avec le gouvernement.  

Elle rappelle aussi que cette problématique touche tous les professionnels de la santé un peu partout dans le monde.  

Selon la psychologue Rose-Marie Charest qui a été présidente de son ordre professionnel pendant 17 ans, avoir la santé et la vie d’un patient entre ses mains est un facteur de stress supplémentaire.  

«Soigner du monde, c’est plus exigeant. C’est plus éreintant que d’autres métiers », a soutenu Mme Charest.

 ♦ Personne au PAMQ n’a pu répondre aux questions du Journal mardi. 

Demandes d’aide individuelle  

  • Médecins de famille : 291 
  • Spécialistes : 272 
  • Résidents : 124 
  • Étudiants: 10 
  • Faite par un tiers : 70 
  • Suivis en cours : 915 
  • Total de clients aidés : 1682  

 Source : Programme d’aide aux médecins du Québec, 2018-2019 

À VOIR ÉGALEMENT...