/opinion/columnists
Navigation

Le bon travail du Bloc

Yves François Blanchet, chef du Bloc Quebecois et Caroline Desbiens Beauport-Cote-de-Beaupre-Ile-d Orleans-Charlevoix, Souper militant  Bloc Quebecois, Restaurant Pub Saint-Bernard, 252, boulevard du Beau Pre, Beaupre, 14 octobre 2019. PASCAL HUOT / JOURNAL DE QUEBEC / AGENCE QMI
Photo d’archives, pascal huot

Coup d'oeil sur cet article

Je vous raconte une anecdote.

Dans les jours qui ont suivi le scrutin fédéral du 21 octobre dernier, j’avais amorcé la rédaction d’une chronique sur ce que signifiait l’élection massive de députés du Bloc québécois, dans un contexte où il n’aurait pas de facto la balance du pouvoir.

Puis, un élément émergea dans l’actualité du jour, de sorte que j’ai changé de sujet. Une chance.

Car quelques semaines plus tard, force est de constater que le parti d’Yves-François Blanchet effectue du bon boulot. Il est, de loin, le parti d’opposition le plus responsable.

Raisonnable

Prenons le discours du trône de la semaine dernière. Dès la lecture de celui-ci, les conservateurs ont déchiré leur chemise en mettant à la poubelle l’énoncé général des intentions du gouvernement. Les bleus aiment la tarte aux pommes, mais si c’est celle préparée par les rouges, ils refusent carrément d’y goûter. Une opposition qui s’oppose pour le principe de s’opposer. Très constructif.

De l’autre côté, le NPD dénonçait déjà le gouvernement sur des détails : «Pas assez de ceci, trop peu de cela...», affirment-ils. À les entendre, ce gouvernement a déjà tout faux, alors qu’il vient tout juste d’être élu.

Puis, il y a le Bloc. Une position nuancée, certes stratégique, mais non partisane. Il appuie le discours du trône, car il n’y a pas là de motifs pour décider d’en faire autrement. Tout simplement.

Même chose pour la baisse d’impôts annoncée par le ministre Morneau. Pourquoi le Bloc s’opposerait-il à un allègement du fardeau fiscal de la majorité des Canadiens, dont font évidemment partie les Québécois?

Bonne cause

Cette semaine, le parti souverainiste a interpellé le gouvernement sur la question des prestations de maladie ridicules offertes par l’État aux personnes souffrant de problèmes de santé. Comme Émilie Sansfaçon, cette courageuse mère de famille qui combat pour la deuxième fois un cancer et qui n’a droit qu’à quinze petites semaines de salaire pour effectuer de longs mois de traitement.

De voir le Bloc utiliser son poids politique de circonstance dans un dossier aussi humain, c’est pertinent et rassurant.

Mardi, le chef bloquiste a bombé le torse pour la première fois en lien avec l’Accord États-Unis-Mexique-Canada. Il avance que les travailleurs de l’aluminium du Québec auraient été sacrifiés. Il menace ainsi de voter contre cet accord.

Il serait surprenant de voir le gouvernement tomber à la suite de cet accord commercial vital pour l’économie canadienne. Il faudra voir comment le tout va évoluer au cours des prochaines semaines. Mais une chose est certaine : le Bloc québécois semble être résolument guidé par les intérêts du Québec, tout en voulant éviter de jouer les empêcheurs de tourner en rond.

Je suis loin de détester ça. On jugera à l’usage, mais pour l’instant, il faudrait être fou pour ne pas considérer que cette formation politique s’acquitte fort bien de sa tâche.