/sports/football
Navigation

La patience des Ravens récompensée

FBN-SPO-CINCINNATI-BENGALS-V-BALTIMORE-RAVENS
Photo AFP L’entraîneur des Ravens John Harbaugh encourage son quart-arrière vedette, Lamar Jackson, le 13 octobre.

Coup d'oeil sur cet article

Les succès des Ravens font presque oublier qu’il y a un an à peine, ils étaient sur le point de déclarer l’état d’urgence en montrant la sortie à leur entraîneur-chef John Harbaugh. Cette organisation prend toutefois ses décisions les plus critiques avec calme, et cette approche a encore une fois porté fruit.  

Il est facile d’oublier que les Ravens, aujourd’hui détenteurs d’un reluisant dossier de 11-2, ont longuement réfléchi à l’idée de repartir sur de nouvelles bases sans Harbaugh.   

Ceux qui seront en action dans le dernier match du jeudi soir cette saison face aux Jets ont en effet soupesé leurs options, sans agir sous la pression populaire, pour finalement offrir une prolongation de contrat à leur pilote.   

Si, aujourd’hui, cette décision paraît logique, plusieurs se demandaient s’il s’agissait du geste à poser lorsqu’ils ont annoncé la nouvelle en janvier dernier.   

Après tout, Harbaugh ne livrait pas les résultats espérés aux yeux de plusieurs, depuis la conquête de 2012.   

Dans les six saisons suivantes, il a guidé les Ravens seulement deux fois en séries. Dans la plupart des marchés, ce n’est pas suffisant pour assurer la survie d’un entraîneur.   

Statu quo payant  

Le réflexe chez plusieurs amateurs quand une équipe ne fonctionne pas, c’est de réclamer qu’un agneau soit sacrifié. Et dans le sport, c’est souvent l’entraîneur qui devient le gigot.   

Les Ravens ont décidé de donner amplement de temps à Harbaugh pour redresser la barque.   

Ils se sont posé la question qu’il importe de se poser quand les choses ne tournent pas rondement : Et si on limoge l’entraîneur, qui sera disponible sur le marché pour faire mieux?    

Plutôt que d’agir prestement, ils ont vite réalisé que le fantasme de plaire à une frange des partisans ne valait pas la peine de se départir d’un entraîneur respecté.   

Jackson à la rescousse  

Il faut dire que Harbaugh n’est pas resté les bras croisés à attendre son sort. La saison dernière, les Ravens n’allaient nulle part avec l’indigeste Joe Flacco. Avec une insatisfaisante fiche de 4-5, Harbaugh s’est tourné vers Lamar Jackson, qui a changé le cours de l’histoire pour les Ravens.   

Cette saison, Harbaugh a le mérite d’avoir accepté de moduler l’équipe autour des forces de son quart-arrière, qui sort du moule. Plutôt que d’imposer un système offensif standard à Jackson, il a remis les clés de l’attaque au coordonnateur offensif Greg Roman, qui a adapté le livre de jeux aux forces de Jackson plutôt que d’exiger de ce dernier qu’il cadre dans un système prédéterminé.    

Chapeau à Harbaugh et son ouverture d’esprit. Et chapeau aux Ravens, qui ont compris que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs.   

Ma prédiction: Jets 10 c. Ravens 26 

L’état des forces dans la NFL 

1) Ravens de Baltimore (11-2) 

Semaine dernière : 1 (=) 

Quand on sait à quel point Lamar Jackson adore utiliser ses ailiers rapprochés et combien ils sont importants dans le système offensif, la perte de Mark Andrews pourrait faire très mal s’il devait s’absenter à long terme. Sinon, les Ravens voguent sur neuf victoires de suite. 

2) 49ers de San Francisco (11-2) 

Semaine dernière : 3 (+1) 

Les 49ers ont signé leur première victoire au domicile des Saints depuis 2014 et ont maintenant gagné 11 matchs pour la première fois depuis 2013. Les 48 points marqués devraient faire taire ceux qui prétendaient que l’attaque aérienne était une lacune dans cette équipe. 

3) Seahawks de Seattle (10-3) 

Semaine dernière : 2 (-1) 

Avec leur défaite face aux Rams, les Seahawks ont cédé la tête de la division Ouest aux 49ers et sont condamnés à les battre une deuxième fois à la semaine 17. Pas évident! Malgré leur fiche de 10-3, les Hawks ne montrent qu’un différentiel de +20 points, comme quoi chaque match est une aventure. 

4) Saints de la Nouvelle-Orléans (10-3) 

Semaine dernière : 4 (=) 

Dans la défaite, Drew Brees a encore une fois excellé avec 349 verges et cinq passes de touchés, en plus d’un touché au sol. La défensive s’est toutefois fait dévorer et la tenue du demi de coin Eli Apple a de quoi inquiéter. Le pauvre s’est fait attaquer à répétition par les 49ers. 

5) Packers de Green Bay (10-3) 

Semaine dernière : 6 (+1) 

Les Packers peuvent remercier encore une fois leur porteur de ballon Aaron Jones, qui a accumulé 192 verges au total face aux Redskins, une équipe qui aurait dû être battue plus facilement. Matt LaFleur est devenu le premier entraîneur recrue de l’équipe à remporter 10 matchs. 

6) Chiefs de Kansas City (9-4) 

Semaine dernière : 8 (+2) 

Pour une troisième semaine de suite, la défensive des Chiefs a accordé 17 points ou moins. Pour la quatrième semaine consécutive, elle a produit au moins un revirement. Mine de rien, cette unité souvent tournée au ridicule commence à prendre du pic. 

7) Patriots de la Nouvelle-Angleterre (10-3) 

Semaine dernière : 5 (-2) 

Les Patriots sont encore une fois au cœur d’une obscure affaire dans laquelle des membres de leur équipe vidéo auraient filmé les Bengals sur les lignes de côtés la semaine dernière. Peut-être une tempête dans un verre d’eau, mais le passé de l’organisation suscite le doute... 

8) Vikings du Minnesota (9-4) 

Semaine dernière : 10 (+2) 

L’ailier défensif Danielle Hunter, à seulement 25 ans, est devenu le plus jeune joueur dans l’histoire à franchir le plateau des 50 sacs en carrière. Il en a réussi trois aux dépens des Lions et s’impose comme un joueur dominant dont on entend trop peu parler. 

9) Texans de Houston (8-5) 

Semaine dernière : 7 (-2) 

Ça devient de plus en plus difficile de prendre réellement les Texans au sérieux, considérant qu’ils sont aussi imprévisibles et que l’attaque devient vite limitée sans la vitesse du receveur Will Fuller. Les Texans se font souffler dans le cou par les Titans dans la division Sud. 

10) Bills de Buffalo (9-4)  

Semaine dernière : 9 (-1) 

Les Bills se sont battus avec honneur face aux Ravens et ont été dans le coup jusqu’à la toute fin, ce qui est bon signe même s’il n’y a pas de victoire morale. L’attaque en a toutefois arraché avec une seule série qui s’est étirée sur plus de sept jeux. Josh Allen a été durement frappé à plusieurs reprises. 

11) Steelers de Pittsburgh (8-5) 

Semaine dernière : 11 (=) 

L’histoire se répète chez les Steelers avec une défensive qui a pris le contrôle du duel face aux Cardinals. Cette défensive a limité les Cards à 265 verges en forçant un dégagement ou un revirement dans six des neuf possessions de l’adversaire. Joe Haden joue du gros football, avec deux interceptions de plus. 

12) Titans du Tennessee (8-5) 

Semaine dernière : 12 (=) 

Ryan Tannehill poursuit sa résurgence phénoménale avec les Titans, lui qui montre désormais une fiche de 5-1 comme quart partant, avec 12 passes de touchés et trois interceptions dans cette heureuse séquence. Les Titans vont-ils le signer à long terme et redeviendra-t-il ensuite le bon vieux Tannehill? 

13) Rams de Los Angeles (8-5) 

Semaine dernière : 13 (=) 

La défensive des Rams n’a pas accordé de touché aux Seahawks dans la victoire de dimanche soir. Ce n’est pas un exploit banal, les Seahawks n’ayant pas été tenus à l’écart de la zone des buts depuis la semaine 1 en 2017. Cette équipe n’a pas dit son dernier mot. 

14) Bears de Chicago (7-6) 

Semaine dernière : 16 (+2) 

Trois passes de touchés et un autre au sol pour Mitchell Trubisky dans la victoire face aux Cowboys, ça commence à ressembler au quart-arrière des Bears de l’an dernier qui montrait des signes prometteurs. La blessure du secondeur Roquan Smith frappe toutefois durement la défensive. 

15) Cowboys de Dallas (6-7) 

Semaine dernière : 14 (-1) 

Ezekiel Elliott a franchi la barre des 1000 verges au sol. Amari Cooper a franchi la barre des 1000 verges sur réceptions. Michael Gallup s’en approche. Dak Prescott compte plus de 4000 verges par la passe. Tant de talent offensif et seulement six victoires. Il est grand, le mystère des Cowboys. 

16) Eagles de Philadelphie (6-7) 

Semaine dernière : 18 (+2) 

Il s’en est fallu de peu pour que les Eagles subissent un revers catastrophique lundi face aux Giants. Au nombre de fois qu’il a été critiqué, il faut souligner la résilience de Carson Wentz, qui a orchestré une remontée de 14 points en deuxième demie sans quelques joueurs clés. 

17) Browns de Cleveland (6-7) 

Semaine dernière : 19 (+2) 

Les Browns ont encore produit au sol avec 146 verges et le tandem formé de Nick Chubb et Kareem Hunt est devenu l’identité de l’attaque malgré la présence des receveurs vedettes. Il est intrigant de savoir si Hunt voudra rester en ville ou tenter de retrouver un poste de partant ailleurs. 

18) Buccaneers de Tampa Bay (6-7) 

Semaine dernière : 20 (+2) 

Jameis Winston est deuxième chez les quarts-arrières pour les verges amassées (4115) et troisième pour les passes de touchés (26), mais aussi premier au chapitre moins enviable des interceptions (23). C’est là toute la dualité de ce grand amateur de montagnes russes extrêmes. 

19) Colts d’Indianapolis (6-7) 

Semaine dernière : 15 (-4) 

Dans un match qu’ils devaient absolument gagner, les Colts ont subi une troisième défaite de suite et une cinquième à leurs six derniers matchs. Il faut dire qu’ils sont décimés par les blessures et qu’ils ont perdu six fois par un écart d’une possession. Leur chien est mort. 

20) Broncos de Denver (5-8) 

Semaine dernière : 22 (+2) 

Il y a de l’espoir à Denver! Le quart-arrière recrue Drew Lock, à son deuxième départ, a ajouté trois passes de touchés pour porter son total à cinq. Les Broncos ont mis fin à une vilaine séquence de 22 matchs sans inscrire au moins 24 points. Ah, ce qu’un bon quart peut faire comme différence! 

21) Raiders d’Oakland (6-7) 

Semaine dernière : 17 (-4) 

Sans le porteur Josh Jacobs, les Raiders se sont cherchés au sol avec les porteurs DeAndre Washington et Jalen Richard, qui n’ont gagné que 81 verges en 21 portées. Cette troisième défaite de suite coule à toutes fins pratiques les Raiders, qui ont quand même progressé en 2019. 

22) Chargers de Los Angeles (5-8) 

Semaine dernière : 23 (+1) 

Bonne fête, Philip Rivers! Le jour de son anniversaire de 38 ans, le vétéran a montré qu’il refusait de rendre les armes même si plusieurs réclament sa tête, avec un match de 314 verges et trois passes de touchés. Bon, il est un peu tard pour célébrer, mais Rivers tient à montrer qu’il n’est pas fini. 

23) Jets de New York (5-8) 

Semaine dernière : 24 (+1) 

Privés de leur maraudeur Jamal Adams et du porteur de ballon Le’Veon Bell, les Jets ont savouré une revanche sans trop d’éclat face aux Dolphins. L’entraîneur-chef Adam Gase a donc savouré la victoire contre son ancienne équipe. Voilà un rare moment de réjouissances pour le pilote éprouvé. 

24) Falcons d’Atlanta (4-9) 

Semaine dernière : 26 (+2) 

La défensive des Falcons a forcé quatre revirements, réussi cinq sacs du quart et rabattu six passes face aux Panthers. Difficile de croire que cette même défensive a été si pitoyable cette saison, connaissant un tardif soubresaut quand les carottes étaient cuites.  

25) Panthers de la Caroline (5-8) 

Semaine dernière : 21 (-4) 

Comme premier match après avoir mis dehors l’entraîneur-chef Ron Rivera, les Panthers ont montré qu’ils étaient tout sauf une équipe fouettée par les événements. Le quart Kyle Allen a connu un quatrième match cette saison avec au moins deux échappés. 

26) Dolphins de Miami (3-10) 

Semaine dernière : 25 (-1) 

Les 21 points des Dolphins dans la défaite ont été inscrits par leur botteur. C’est donc dire qu’ils peuvent bien blâmer les officiels pour la décision douteuse d’interférence en fin de match, mais à trop de reprises, ils ont atteint la zone des Jets sans en tirer profit. Ce manque d’opportunisme les a tués. 

27) Cardinals de l’Arizona (3-9-1) 

Semaine dernière : 27 (=) 

L’apprentissage du jeune Kyler Murray s’est poursuivi à la dure avec un match de trois interceptions. À ses trois derniers matchs, il a été victime de 15 sacs du quart. Il joue derrière une ligne offensive trouée et le porteur de ballon David Johnson est porté disparu. 

28) Jaguars de Jacksonville (4-9) 

Semaine dernière : 28 (=) 

Poursuivons le décompte. À leurs derniers matchs, les Jaguars ont été pillés par les équipes adverses au sol avec des récoltes de 216 verges pour les Texans, 264 pour les Colts, 219 pour les Titans et 195 pour les Chargers. C’est le signe d’une équipe molle qui ne joue plus avec la moindre passion. 

29) Redskins de Washington (3-10) 

Semaine dernière : 29 (=) 

Passons sur la défaite prévisible et sans importance face aux Packers pour noter que le porteur Adrian Peterson est devenu le sixième dans l’histoire à atteindre le plateau des 14 000 verges par la course en carrière. Il est à 65 verges du cinquième rang dans l’histoire. 

30) Lions de Detroit (3-9-1) 

Semaine dernière : 30 (=) 

Les Lions ont inscrit un touché tardif face aux Vikings pour éviter l’humiliation d’un jeu blanc. Malgré leur pitoyable rendement, il serait étonnant que Matt Patricia perde son poste après seulement deux saisons à la barre, sachant que Matthew Stafford manque à l’équipe. 

31) Giants de New York (2-11) 

Semaine dernière : 31 (=) 

Les Giants ont échappé une avance de 14 points face aux Eagles et le porteur Saquon Barkley a parfaitement résumé la situation quand il a dit que son équipe en était une qui trouve toujours des façons de perdre. Les Giants sont 7-22 depuis qu’ils ont repêché Barkley et le porteur commence à pester. 

32) Bengals de Cincinnati (1-12) 

Semaine dernière : 32 (=) 

Les Bengals ont encore une fois rivalisé avec les Browns malgré la défaite. Lors des quatre dernières semaines, ils ont perdu trois fois par une possession. Quand ça va mal et que la saison est foutue depuis des semaines, aussi bien s’accrocher aux petits détails qui rendent la vie meilleure.