/news/politics
Navigation

Jody Wilson-Raybould refuse de céder son bureau ministériel

Jody Wilson-Raybould refuse de céder son bureau ministériel
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’ex-ministre fédérale de la Justice Jody Wilson-Raybould, qui a réussi à se faire réélire comme indépendante, ne veut pas partir des bureaux qu’elle occupait quand elle était à la tête d’un cabinet ministériel, selon CBC.

Réélue dans Vancouver-Granville, en Colombie-Britannique, l’ancienne ministre libérale occupe toujours l’espace constitué de six bureaux ainsi que d'une salle de bain privée au quatrième étage de l'édifice de la Confédération, à Ottawa. Selon le diffuseur public, c’est le nouveau ministre des Affaires du Nord, Dan Vandal, qui doit occuper la suite.

«Cela me semble un peu mesquin, a-t-elle confié à CBC News. Cela n'a aucun sens de me retirer de mon bureau de député. Donc, je ne comprends pas pourquoi ils veulent le faire.»

Jody Wilson-Raybould aurait emménagé dans ces bureaux en 2018 en marge des rénovations prévues à l'édifice du Centre. Elle aurait été autorisée à conserver cette suite ministérielle après sa démission, dans la foulée de la controverse de SNC-Lavalin.

Sauf qu’après les élections du 21 octobre dernier, les libéraux s’attendaient à ce qu’elle cède les espaces puisqu'elle doit normalement avoir moins de personnel qu’un ministre.

Rappelons que Jody Wilson-Raybould allègue avoir subi des pressions indues et inappropriées de la part de Justin Trudeau et de son entourage afin qu’elle intervienne en faveur d’une entente à l’amiable avec le géant québécois de l’ingénierie SNC-Lavalin lorsqu’elle était procureure générale du Canada.

Elle a claqué la porte du conseil des ministres puis a été exclue du parti.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.