/sports/hockey/canadien
Navigation

Cayden Primeau: un joyau à polir

Cayden Primeau a signé sa première victoire dans la LNH.
Photo Martin Chevalier Cayden Primeau a signé sa première victoire dans la LNH.

Coup d'oeil sur cet article

Cayden Primeau a signé sa première victoire dans la LNH mercredi soir contre les Sénateurs d’Ottawa, à 20 ans. Une première étoile, et les partisans scandaient son nom dans les gradins. C’est peut-être encore un peu tôt pour brosser les plans du futur, mais la direction du Canadien a un beau « problème » sur les bras.

L’entraîneur-chef Claude Julien en a justement discuté dans son point de presse après le match de mercredi. Quelle stratégie adoptera-t-il au fil des prochaines semaines avec le jeune gardien qui a répondu aux attentes depuis son arrivée dans le giron du CH il y a 10 jours ?

Beaucoup de questions

Primeau pourra-t-il seconder Carey Price et continuer sa progression en jouant moins fréquemment ? Ou bien sera-t-il employé plus souvent afin de challenger le gardien titulaire de 32 ans en prenant plus de départs ? Ou encore, fera-t-il la navette entre Laval et Montréal pour multiplier les sorties ? Pourrait-il atteindre la trentaine de départs par saison dès l’an prochain ?

Le département des opérations hockey aura de sérieuses décisions à prendre. Dans tous les cas, ils jonglent avec une véritable pépite d’or, qu’ils devront polir avec le temps.

Joël Bouchard aux anges

À en croire les propos de l’entraîneur-chef du Rocket, Joël Bouchard, il n’y a pas de recette miracle. Les exemples sont nombreux. On a qu’à penser à Jordan Binnington, qui a soulevé la coupe Stanley à ses premiers pas dans la LNH. Et à Philadelphie, un marché intransigeant envers les gardiens, le jeune Carter Hart a fait sa place.

Dans l’ombre de Price, Primeau peut s’illustrer. Il est encore tôt pour juger et analyser les performances de l’Américain, mais il possède les outils pour réussir.

« Lorsqu’on se comporte bien et que l’on comprend une situation, il n’y a pas de mauvaises expériences. Il n’y a pas de prix à ce que Cayden a vécu hier [mercredi], a signalé Bouchard, jeudi, au lendemain de la première victoire du gardien. Il n’y a pas d’université du hockey. Ça ne s’apprend pas sur les bancs d’école.

« Avoir les deux patins devant le filet du Canadien, à 20 ans, ce n’est pas un tirage ! s’est-il ensuite exclamé avec sa verve habituelle. C’est que tu as fait ce que tu devais faire. Il prend du millage. »

Mature

Malgré ses 20 ans, Bouchard voit en lui un athlète très mature et intelligent, capable d’analyser ses performances, d’être autocritique et de rebondir après une mauvaise sortie. Il ne se laisse pas affecter. Son disque dur cérébral oublie vite. Le retour à la besogne l’est tout autant. Des qualités qu’il a sûrement acquises du paternel Keith, étant élevé dans le feu vif du monde du hockey. Son approche professionnelle du sport fait en sorte qu’il se démarque de la masse.

« Ce qui est bon à court, moyen ou long terme, on peut en discuter longtemps, a indiqué Bouchard, sans dévoiler le plan de l’organisation. Ce n’est pas à moi de prendre cette décision. C’est un jeune joueur, qui doit continuer son développement. »

► Aperçu en béquilles près du banc du Rocket jeudi matin, Charles Hudon rencontrera les médecins vendredi à propos d’une blessure au bas du corps subie mardi soir dans la victoire contre les Monsters de Cleveland, dans la Ligue américaine.

À VOIR