/world/usa
Navigation

Un vote historique pour que Trump soit cité à procès

Les élus du Congrès voteront sur le sort du président des États-Unis mercredi

Coup d'oeil sur cet article

Faisant face à un vote historique qui pourrait tourner en procès pour sa destitution, Donald Trump est mis au pied du mur comme ne l’ont été que très peu de présidents américains par le passé.

• À LIRE AUSSI : Déclarations d’impôts de Trump: la Cour Suprême tranchera la question avant l’élection 

« C’est vraiment exceptionnel comme procédure, lance le politologue André Lamoureux. Donald Trump est vraiment dans l’eau chaude. »Le président américain sera, sauf surprise, renvoyé en procès pour destitution mercredi, lors d’un vote historique au Congrès.

Trump deviendrait le 3e président de l’histoire des États-Unis mis en accusation au Congrès, après Bill Clinton en 1998 et Andrew Johnson en 1868.

Vendredi, la commission judiciaire de la Chambre des représentants, majoritairement démocrate, a approuvé deux chefs d’accusation contre lui, deux mois et demi après l’explosion du scandale ukrainien. Des reproches d’abus de pouvoir et d’entrave à la bonne marche du Congrès ont été retenus au bout d’une quinzaine d’heures d’examen, tenu sur deux jours.

« Il s’agit d’une victoire pour les démocrates. Ils pourront dire qu’ils sont allés au bout du processus de destitution », souligne le politologue.

« Aucune pression »

Le président a généré cette tourmente en demandant à son homologue ukrainien d’enquêter sur le démocrate Joe Biden, qui pourrait l’affronter aux élections de 2020.

Aux yeux des démocrates, cela aurait mis en jeu l’intégrité du scrutin et la sécurité du pays, ce que Trump nie. Celui-ci prétend n’avoir mis « aucune pression » pour des demandes « légitimes ».

Ils lui reprochent aussi d’avoir refusé de participer à l’enquête, en interdisant de fournir certains documents et témoins.

Comme Clinton et Johnson, Donald Trump devrait néanmoins s’en tirer.

« Rien n’est joué. Il pourrait survivre malgré tout, si les procédures sont bloquées au Sénat, plutôt républicain, explique M. Lamoureux, enseignant en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Tout est pipé d’avance. »

Sur la défensive

« Il s’agit toutefois d’un grand coup contre lui. Il perd les pédales. Il est sur la défensive », poursuit-il.

Ce vote est « écœurant », « une honte pour notre pays », mais « on dirait que c’est une bonne chose pour moi », a réagi Trump après l’annonce de vendredi. Il a assuré que sa cote de popularité « crevait le plafond ».

Si cet impeachment menace de laisser une marque indélébile sur le bilan du 45e président des États-Unis, ce dernier jouit toujours d’un large soutien dans les rangs républicains.

Et l’impact de cette procédure sur sa campagne de réélection est incertain, conclut M. Lamoureux.

– Avec AFP