/news/transports
Navigation

Pas un sou de plus pour le pôle d’échanges de Sainte-Foy

Le ministre des Transports, François Bonnardel, disait le contraire

Pas un sou de plus pour le  pôle d’échanges de Sainte-Foy
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault n’a pas l’intention d’allonger des sommes additionnelles pour éponger la facture du pôle d’échanges de Sainte-Foy du projet de tramway, a prévenu vendredi la ministre Geneviève Guilbault.  

Son collègue des Transports, François Bonnardel, avait pourtant indiqué le contraire au printemps dernier.  

« On a un financement global de 1,8 milliard $ pour le projet du tramway, on a toujours dit qu’on ne mettrait pas un sou de plus », a précisé la ministre de la Capitale-Nationale à l’Assemblée nationale.  

L’interconnexion entre le réseau de transport structurant et la Rive-Sud sera construite sous le futur Phare, mais il n’est plus acquis que la facture de 12 à 15 millions $ soit totalement assumée par le Groupe Dallaire.  

Plus tôt cette semaine, le maire de Québec a affirmé que la note sera plutôt divisée entre le gouvernement du Québec, la Ville et le Groupe Dallaire. Régis Labeaume a soutenu que le financement du pôle d’échanges avec Lévis ne fait pas partie de l’enveloppe de 3,3 milliards $ prévue pour le mégaprojet.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Geneviève Guilbault ne fait pas la même lecture. « On s’attend à ce qu’il y ait, que ce soit le Phare ou un autre endroit, un lieu pour accueillir les autobus de la Rive-Sud et pouvoir s’assurer de cette interconnexion dans la contribution budgétaire qui était prévue par le gouvernement du Québec de 1,8 milliard $ », a-t-elle insisté.  

La ministre a ajouté que Régis Labeaume est le maître d’œuvre du projet de tramway. « C’est à lui à opérer à l’intérieur du montage financier », a-t-elle renchéri.  

En mai dernier, le ministre Bonnardel avait pourtant fait valoir que l’interconnexion entre le tramway et le réseau de transport collectif de Lévis n’aurait pas à se faire à l’intérieur du budget de 3,3 G$, puisqu’il s’agit d’une exigence imposée par le gouvernement.  

Il s’était ainsi montré ouvert à débourser des sommes additionnelles afin d’assurer l’interconnexion des deux réseaux, que ce soit à l’est ou à l’ouest.  

Rémy Normand très prudent  

Appelé à commenter, Rémy Normand, vice-président du comité exécutif à la Ville de Québec, s’est montré très prudent.  

« On prend acte de ce que la ministre a dit, a-t-il affirmé. On travaille avec le ministère des Transports à élaborer différents scénarios. [...] Il est un peu tôt pour l’instant de se projeter en avant, puis de dire qu’il n’y aura pas de participation financière. »  

Interrogé quant à l’apparente contradiction entre les ministres Bonnardel et Guilbault, M. Normand a ajouté que « ça ne donne rien, aujourd’hui, de partir une polémique ».  

Même prudence du maire de Lévis, Gilles Lehoullier. « On a eu l’assurance du gouvernement du Québec que l’interconnexion va se faire. On ne commentera pas davantage », a fait savoir son attachée de presse.   

—Avec la collaboration de Taïeb Moalla  

  

« Le maire est maître d’œuvre de ce projet-là. Donc, c’est à lui à opérer à l’intérieur du montage financier qu’il a fait. Ce montage financier là inclut une part de 1,8 milliard du gouvernement du Québec. »  

— La ministre Geneviève Guilbault