/portemonnaie
Navigation

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Crédit photo : Christian Fregnan sur Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

**Note au lecteur : Dans le contexte actuel, l’équipe de porte-monnaie tient à assurer son devoir d’information. Or, si on doit faire la lumière sur les fâcheuses conséquences de la situation, on croit aussi qu’il est important de proposer des solutions et, dans la mesure possible, offrir du contenu positif et proactif. En espérant que ce texte, initialement publié en décembre 2019, puisse servir à ceux qui se voient dans l'urgence de modifier leurs habitudes de consommation.   

Des vêtements, j’en ai trop. Je fais définitivement compétition à Carrie dans Sex and the City et chaque fois que je déménage, mon entourage remarque que je n’ai pour ainsi dire aucune boîte, ni meuble, mais quelque 958273 poches de vêtements à passer d’un walk-in à un autre.  

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Unsplash

Étant fervente des résolutions de la nouvelle année, j’ai décidé après un 31 décembre plus qu’arrosé de ne pas acheter de vêtements pendant un an. Une ancienne collègue (merci Camille!) m’avait grandement inspirée en emboîtant le pas une année plus tôt et je trouvais que le défi m’était parfaitement destiné.       

Pourquoi? Parce que, même en tenant un budget à jour, je réalisais que je pouvais dépenser des milliers de dollars en vêtements chaque année. Parce que le textile est la 2e industrie la plus polluante après le pétrole et que produire 1kg de fibres de coton requiert entre 6 000 et 27 000 litres d’eau. Il faut impérativement mieux consommer. Parce que j’avais simplement envie de ne plus être accro aux tendances mode que l’on m’impose.       

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Unsplash

Voici quelques conclusions tirées d’une année sans road trip aux outlets de Mirabel et sans grosse surexcitation à suivre mes colis Postes Canada.       

Crier sur les toits      

Premier conseil que j’offre à quiconque souhaitant se lancer au défi: dis-le à tout le monde. Plus tu te vanteras de ton objectif, plus ton orgueil en prendra un coup si tu ne le tiens pas.      

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Unsplash

Peut-être que je suis vraiment orgueilleuse, mais ça m’a aidée à ne pas flancher. Ma meilleure amie allait clairement le savoir si elle me voyait arriver avec un manteau neuf!      

Vos règles, vos limites      

Décide de tes propres réglements. Personnellement, je me suis donné le droit de fabriquer mes propres morceaux (mais je ne suis pas couturière!) et d’acheter des sous-vêtements et des vêtements, mais seulement dans des friperies. Peut-être que tu voudras louer, faire des échanges, te permettre des emprunts à tes amis: en gros, choisis tes balises.      

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Unsplash

Au final, j’ai mis les pieds dans une friperie seulement le jour de mon anniversaire, alors que j’étais avec des amies. J’ai acheté un manteau d’hiver à 12$, puis je suis allée le redonner au magasin le surlendemain, réalisant que je n’allais définitivement pas le porter et que je n’en avais pas besoin. C’est à croire que j’avais seulement envie de consommer!      

Les 21 premiers jours      

Je confirme que la théorie des habitudes est réelle: les 21 premiers jours ont été les plus difficiles. Je vivais un sevrage. Après deux semaines, je textais ma meilleure amie que j’avais envie de tout acheter en ligne.      

Je pensais à magasiner TOUT LE TEMPS. Avec toutes les publicités qui nous suivent partout, j’avais l’impression d’être constamment mise à l’épreuve. Je CA-PO-TAIS.      

Après 21 jours et, disons peut-être même deux mois pour être honnête, ma rage intérieure s’est calmée.     

Je n’ai pas acheté de vêtements pendant un an et je suis toujours vivante
Unsplash

La seule période où j’ai ressenti l’envie d’acheter de nouveau a été le printemps. Toutes les marques que j’aime lançaient de nouvelles collections saisonnières et j’aurais eu envie de me faire plaisir. Je voyais tous mes collègues avec leurs nouvelles pièces à motifs.      

Ce n’était pas facile, mais comme j’avais déjà réussi à tenir le coup quelques mois, je ne voulais plus revenir en arrière. Le défi était trop bien parti!      

Des petites réussites      

Une chose dont je suis extrêmement fière grâce à ce défi: j’ai fabriqué un manteau avec ma maman. Elle a un talent indéniable en couture et m’a guidée de A à Z durant toute la conception.      

Définitivement, je n’aurais pas pu faire ce projet sans elle, mais ça m’a permis de passer du temps de qualité mère-fille et réaliser l’ampleur de son talent. Sans te forcer à apprendre à coudre, tu peux à ton tour penser à transformer ton défi en quelque chose d’encore plus grand.       

Le manteau en question!
Le manteau en question!

Adieu, le fa$t fa$hion      

Sachant qu'en moyenne, chaque Québécois jette en moyenne 24kg de vêtements par an , mon année sans vêtements m’a surtout permis de faire un gros pied de nez au fast fashion. Ce que j’aurais spotté dans un magasin en janvier n’est déjà plus à la mode en décembre. Au lieu de m’acheter plein de fringues inutiles, j’ai pu investir dans des meubles, des électroménagers, de l’équipement de plein air durable, bref des biens pratiques que je n’osais pas m'offrir auparavant.      

Il me reste moins d'un mois avant de terminer mon défi et je peux déjà dire que ça me fera plaisir de porter la même robe que l’an dernier au réveillon du 31.       

Suivez-nous sur
les réseaux sociaux