/finance/business
Navigation

La 5G est pour bientôt chez Vidéotron

«Nous avons fait le tour de la planète afin de trouver le fournisseur le mieux placé pour répondre aux besoins évolutifs de nos clients, a déclaré le PDG de Vidéotron, Jean-François Pruneau, par communiqué. Ce partenariat nous permettra d’offrir aux Québécois ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de télécommunications.»
Photo Merick Seguin «Nous avons fait le tour de la planète afin de trouver le fournisseur le mieux placé pour répondre aux besoins évolutifs de nos clients, a déclaré le PDG de Vidéotron, Jean-François Pruneau, par communiqué. Ce partenariat nous permettra d’offrir aux Québécois ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de télécommunications.»

Coup d'oeil sur cet article

 MONTRÉAL – Vidéotron a annoncé vendredi qu’elle va faire équipe avec le géant sud-coréen Samsung pour déployer son réseau ultrarapide 5G. 

 L’entreprise de télécommunications québécoise est l’une des premières au pays à annoncer un tel partenariat pour implanter ses technologies de nouvelle génération dès 2020. Contrairement à deux de ses rivales, Bell et Telus, Vidéotron a décidé de ne pas recourir à la technologie chinoise de Huawei pour l’implantation du 5G. 

 La 5G surpassera la technologie actuelle du 4G en matière de vitesse, jusqu’à 100 fois plus rapide, en plus de permettre la connexion d’une grande quantité d’objets. Les clients de Vidéotron pourraient avoir accès à cette technologie dès l’an prochain. 

 La filiale de Québecor est devenue le deuxième joueur en importance au Canada, après Rogers, à dévoiler l’équipementier chargé de déployer son réseau. 

 «Nous avons fait le tour de la planète afin de trouver le fournisseur le mieux placé pour répondre aux besoins évolutifs de nos clients, a déclaré le PDG de Vidéotron, Jean-François Pruneau, par communiqué. Ce partenariat nous permettra d’offrir aux Québécois ce qui se fait de mieux dans le monde en matière de télécommunications.» 

 Une révolution 

 L’avènement de la 5G pourra permettre, par exemple, de télécharger des vidéos en quelques secondes au lieu de quelques minutes. Les utilisateurs pourront plonger dans la réalité virtuelle à même leur téléphone ou encore contrôler leur maison à distance. 

 «Ce partenariat constitue le premier chapitre de l’histoire de nos activités de réseau au Canada et de notre mission d'offrir de nouvelles expériences mobiles au Québec et dans la région d'Ottawa», a indiqué Paul Kyungwhoon Cheun, vice-président exécutif de Samsung Electronics. 

 L’entreprise fournit déjà de tels équipements pour les entreprises américaines Sprint et Verizon. 

 Retard chez Bell? 

 Deux des plus grands fournisseurs canadiens, Bell et Telus, souhaiteraient pour leur part employer les équipements du géant chinois Huawei dans le déploiement de la future génération de l’internet mobile. 

 Huawei est notamment soupçonné par plusieurs pays, dont les États-Unis, de poser un risque potentiel pour la sécurité nationale en raison de ses liens avec le gouvernement chinois. 

 Le gouvernement fédéral doit annoncer dans les prochains mois s’il interdira les équipements de Huawei. En février dernier, Telus a reconnu que le déploiement de son réseau 5G pourrait être retardé si Ottawa décidait de bloquer le fournisseur chinois.