/entertainment/comedy
Navigation

Porte-parole de la Fondation du CHUM: «C'est très gratifiant de faire ça» - Claude Meunier

Porte-parole de la Fondation du CHUM: «C'est très gratifiant de faire ça» - Claude Meunier
STEVE MADDEN/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Porte-parole bénévole de la Fondation du CHUM depuis 2016, Claude Meunier invite les gens à donner généreusement à cette institution dont l'objectif est de faire briller l'espoir pour ses milliers de patients. Rencontré lors du lancement d'une nouvelle collecte de fonds, qui s'échelonnera jusqu'au 19 décembre, l'auteur nous parle de son implication, de sa vie et de ses projets.

C’est dans une ambiance féerique recréée aux portes du CHUM, à Montréal, que nous avons rencontré Claude Meunier, qui aime s’impliquer pour une bonne cause.

«C’est très gratifiant de faire ça. Ce rôle me permet de rencontrer des gens intéressants, tels que des médecins et différents spécialistes de la santé. Je peux ainsi constater à quel point ces gens s’impliquent fort au sein du CHUM. Dans le cadre de la campagne annuelle, j’invite les gens à donner en visitant fondationduchum.com. De plus, des biscuits de pain d’épices faits par Ricardo seront vendus à la cafétéria du CHUM au profit de la fondation.»

Recycler avec Ti-Mé

Par ailleurs, Claude Meunier a accepté que son célèbre personnage de Ti-Mé soit désormais porte-parole de RECYC-QUÉBEC.

«Même s’il ne s’agit pas d’un mandat bénévole, je le fais par conviction. Je suis à la fois concepteur et auteur de cette campagne publicitaire. J’ai tourné six clips, qui sont disponibles sur le web. On y apprend notamment comment recycler nos résidus domestiques ainsi que des matériaux de construction. C’est ce qui m’occupe le plus ces temps-ci. J’ai beaucoup de plaisir à faire ça.»

Un succès impérissable

L’auteur et comédien garde ainsi bien vivant son personnage de Ti-Mé. «Son costume est toujours dans mon garde-robe. Grâce à ¨La petite vie¨, Ti-Mé vit sans moi. J’ai appris récemment que les reprises de l’émission à Radio-Canada obtenaient encore jusqu’à 600 000 de cotes d’écoute. C’est fascinant de savoir ça. Je ne sais pas comment expliquer ce phénomène, mais je trouve ça ben le fun.»

Plus de 25 ans après le début de «La petite vie», Claude Meunier se dit néanmoins frileux à l’idée de retoucher à son plus grand succès télévisé. «J’ai l’impression que ¨La petite vie¨ est devenue intouchable. De plus, les acteurs commencent à être vieux. Malgré tout, peut-être y aura-t-il une autre émission spéciale un jour. Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée!»

Après avoir vu la pièce «Les voisins» — qu’il a cosignée avec Louis Saïa — être adaptée de nouveau pour son 40e anniversaire, Claude Meunier déclare s’être remis à écrire pour le théâtre.

«Avec les retours des ¨Voisins¨ et de ¨Broue¨, toutes deux avec une nouvelle distribution, ça m’a donné envie de me remettre dans le bain. Pour moi, c’est plus facile et plus rapide d’écrire directement pour le théâtre. Je n’ai pas le goût de me lancer dans un projet de longue haleine au cinéma ou à la télévision. À l’époque de ¨Ding et Dong¨ et de La petite vie¨, j’étais très captif de mes projets. Là, j’ai envie de vivre un peu. Je veux néanmoins continuer de travailler sur différentes choses et je ne songe pas à prendre ma retraite.»

Claude Meunier a d’ailleurs la chance de profiter pleinement de la vie et de voyager beaucoup avec sa fiancée, Virginie Coossa, avec qui il est en couple depuis 2012. «Je vis avec Virginie une vie très agréable. Je suis très chanceux! J’ai trois bonnes filles, une bonne blonde et de bons amis. De plus, j’ai la chance d’être grand-père depuis 10 ans grâce à ma plus vieille, Juliette, qui a deux filles.»

Les enfants de l’artiste ne suivent toutefois pas ses traces. «Il n’y a que ma fille Kim, qui vient d’avoir 18 ans, qui étudie actuellement en communication. Elle aspire à travailler comme productrice dans le milieu de la télévision. Elle est encore jeune, on verra bien.»