/news/society
Navigation

Les meilleures façons d’aider les itinérants

Les meilleures façons d’aider les itinérants
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Il n’est pas rare de croiser des personnes en situation d’itinérance au centre-ville de Montréal, et à l’aube d’un hiver qui s’annonce long et froid, il est plus fréquent d’apercevoir des abris de fortune. 

Dans ce contexte, quels sont les bons gestes à poser pour les aider? 

Émilie Fortier, directrice des services du Campus Saint-Laurent de la Mission Old Brewery, à Montréal, dit qu’il faut d’abord «voir l’humain devant soi». 

«Avoir de la bienveillance, c’est bien avec un itinérant, un jeune en difficulté, peu importe», a-t-elle dit, samedi, en entrevue à LCN. 

Selon Mme Fortier, il importe d’être respectueux et affable puisqu’un «sourire peut faire toute la différence». 

Créer le contact 

Certaines personnes en situation d’itinérance sont isolées parce qu’elles vivent à l’extérieur. À l’approche de l’hiver, ce mode de vie peut avoir un impact important sur le moral. 

«Le simple fait de reconnaître la personne. La personne qu’on voit tous les matins nous voit aussi! La saluer le matin peut sembler être un geste banal, mais qui donne du sens à sa présence», a expliqué Émilie Fortier. 

Donner de la monnaie ou non? 

«Si on donne, on ne peut pas s’attendre à un contrôle. On ne peut pas donner de l’argent en échange d’un “bon comportement”», a dit l’intervenante. 

Dans la mesure où la personne a obtenu l’argent de façon volontaire, «elle n’est pas en train de se priver de manger ni de voler», a ajouté Mme Fortier. 

Autrement dit, même si cette petite monnaie n’est pas utilisée à de bonnes fins à nos yeux, l’impact dans la vie de l’itinérant sera somme toute positif. 

Pour la nourriture, il importe de cibler le bon moment et le bon endroit, puisque le don de nourriture peut créer des problèmes de salubrité à certains endroits. 

«Ça vaut la peine de demander à la personne que l’on croise tous les matins s’il y a quelque chose qui lui ferait plaisir», a indiqué Émilie Fortier. 

Manteaux, bottes et mitaines 

Pas de surprise ici, les organismes qui œuvrent auprès des personnes en situation d’itinérance sont toujours preneurs de bons vêtements chauds. 

Les autres items dont ont largement besoin les organismes sont des capsules de détergent à lessive, des produits d’hygiène ou des billets de transport.