/maisonextra
Navigation

Premier achat immobilier en vue? 7 bons tuyaux pour éviter les erreurs

Premier achat immobilier en vue? 7 bons tuyaux pour éviter les erreurs
Photo Shutterstock

Coup d'oeil sur cet article

L’immobilier comporte une large part de rêve et de projets exaltants, mais aussi son lot de tentations, de décisions parfois difficiles à prendre et de petits pièges. Pour un néophyte, naviguer dans cet univers, faire les bons choix et s’assurer d’acheter une propriété qui correspond à son style de vie, à ses projets et à son budget, c’est tout un défi! Premiers acheteurs, voici sept bons tuyaux pour éviter les déceptions. 

1. Entre la tête et le cœur 

Acheter une propriété, c’est s’offrir un espace bien à soi. C’est aussi un investissement majeur auquel une bonne partie de votre budget sera consacrée pendant longtemps. Arriver à concilier la raison et la passion est parfois un exploit. Parce que les tentations sont fortes. De belles propriétés, vous en verrez. De beaux quartiers aussi. Des offres alléchantes, vous en recevrez. Avant même de vous lancer dans vos démarches, préparez votre projet.  

Faites un budget réaliste, qui vous donnera un aperçu de votre capacité de payer. Déterminez vos priorités: si la perspective de composer avec les bouchons de circulation matin et soir vous donne de l’urticaire, envisagez de vous établir dans un quartier à proximité du travail. Si vous souhaitez fonder une famille, cherchez des secteurs sécuritaires où des services seront facilement accessibles.  

2. Vous projeter dans l’avenir 

Pour plusieurs personnes, l’achat d’une propriété correspond à une nouvelle étape de vie: arrivée prochaine d’un enfant, nouveau travail, besoin de se rapprocher de membres de la famille, etc. Évidemment, on ne sait pas toujours tout ce que l’avenir nous réserve. On peut toutefois imaginer notre vie sur un horizon de cinq ou de dix ans.  

S’il est clair que vous voulez fonder une famille, mieux vaut prévoir un nombre suffisant de pièces. Si vous pensez travailler à votre compte et souhaitez aménager un bureau à la maison, autant le prévoir dès maintenant. Idem si vous pratiquez un passe-temps qui nécessite des équipements spécifiques. Parmi les regrets que plusieurs propriétaires expriment, il y a le manque d’espace. Vos besoins dans un avenir pas si lointain pourraient être bien différents de ceux que vous avez aujourd’hui même. Ayez une vision!  

3. Connaître votre capacité d’emprunt 

Budget, budget, budget! C’est le mot d’ordre. Mais en plus, sachez que les transactions hypothécaires sont encadrées par des règles précises et par des lois. Même si vous avez un bon travail, bien rémunéré et une mise de fonds acceptable, rien ne garantit que vous obtiendrez un prêt. Si votre ratio d’endettement est trop élevé, vous pourriez essuyer un refus.  

Grosso modo, vos dépenses de logement – y compris vos frais d’énergie et vos impôts fonciers – les intérêts de vos dettes, votre paiement de voiture ne devraient pas excéder 40% de votre revenu mensuel brut. Et votre cote de crédit doit être bonne. En deux mots, vous devez démontrer que vous serez un bon payeur. Une bonne façon d’avoir l’heure juste est de demander une préautorisation hypothécaire. À partir du moment où vous saurez si une institution financière veut vous accorder un prêt et à quelles conditions, il vous sera plus facile de réaliser vos démarches et de cibler des propriétés adaptées à votre budget.  

4. Moins de luxe, un peu plus de confort... financier 

Dans le même ordre d’idées, vous vous féliciterez de ne pas contracter un prêt au maximum de votre capacité financière. Il est possible que votre institution vous offre un prêt plus élevé que votre capacité réelle de payer. Gardez-vous un peu de marge de manœuvre, pour réaliser des travaux, garder un coussin financier, «souffler» un peu entre toutes les obligations financières qui s’accumulent au fil du temps. Vous ne voudrez pas devenir esclave de votre maison en y consacrant l’essentiel de votre budget pour couvrir, en plus du versement hypothécaire, les frais d’entretien, les taxes foncières et autres dépenses.  

5. L’inspection, à ne pas escamoter 

Les lois n’obligent personne à faire inspecter une propriété avant de l’acheter. Pourtant, c’est une étape incontournable. Pourquoi? D’abord, parce que vous saurez à quoi vous en tenir sur le plan des travaux à réaliser. Ensuite, parce qu’une inspection vous donnera des leviers pour entamer des recours en cas de vices cachés. Enfin, parce que vous pourriez, à la lumière des constats établis dans le rapport d’un inspecteur, avoir des arguments pour négocier le prix demandé. S’il en coûte quelques centaines de dollars pour revenir les services d’un inspecteur, sachez que ce sont des sommes bien investies. La tranquillité d’esprit n’a pas de prix.  

6. L’emplacement, le quartier et les distances à parcourir 

Parmi tous les critères sur lesquels vous baserez votre choix, l’emplacement de la propriété devrait être en tête de liste. La sécurité, la tranquillité, le voisinage, la proximité du travail et des services sont autant d’éléments qui composeront votre quotidien. Vous devez prendre en compte ce qui risque de vous irriter au plus haut point et faire des choix en conséquence. C’est une question de qualité de vie. Qui veut vivre dans un endroit qui ne correspond pas à son style de vie?  

S’éloigner permet de payer un peu moins cher et de jouir d’une certaine tranquillité. En contrepartie, le temps de déplacement entre la maison et le travail et entre le travail et la garderie du plus petit peut devenir anxiogène. Par ailleurs, vivre près du travail, au cœur de la ville, peut être pénible pour les personnes qui préfèrent le calme et la nature. Chacun ses besoins!  

7. Acheter une propriété qui nécessite des rénovations majeures 

Acheter une maison qui demande beaucoup, beaucoup d’amour, quitte à l’obtenir à un prix très bas? C’est un pensez-y-bien. À moins d’aimer travailler de vos mains, d’avoir un coup de foudre pour la propriété et d’être prêt à investir du temps, de l’huile de coude et de l’argent, vous pourriez le regretter. Vivre dans un chantier pendant plusieurs mois, voir les ouvriers aller et venir et composer avec la poussière et le bruit... À réfléchir!  

À partir du moment où vous aurez arrêté votre choix, pesé le pour et le contre de toutes les options possibles et fait les démarches de façon posée et réfléchie, lancez-vous! Vous aurez à coup sûr du plaisir à aménager votre petit coin à vous et à y vivre des jours heureux!