/misc
Navigation

Un club à son image

Panthers c. Canadiens
Photo Martin Chevalier Claude Julien fait ce qu’il peut à la barre du Canadien avec les éléments dont il dispose.

Coup d'oeil sur cet article

Est-ce que le Canadien aurait perdu huit matchs de suite si Jonathan Drouin ne s’était pas étiré des ligaments dans le poignet ? Probablement pas. Est-ce que cela aurait rendu Claude Julien plus heureux aujourd’hui ? Probablement pas non plus ! 

Le Canadien vient de remporter quatre de ses cinq derniers matchs.  

Sa seule défaite fut encaissée face à l’Avalanche, une équipe de pointe sérieuse.  

Le CH a fait ça en jouant du hockey plate. C’est pas moi qui le dis, c’est Mario Lemieux. Rien que ça.  

Vrai que la séquence actuelle nous offre peu des spectacles haletants des deux premiers mois de la campagne. N’empêche que les matchs sont quand même meilleurs qu’à la triste époque des Devils de Jacques Lemaire.   

Heureux de la situation 

Claude Julien fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Il l’a d’ailleurs glissé à quelques reprises lors de ses points de presse depuis le début de la campagne.   

Je pense que le coach est heureux de la situation. Pas facile de diriger dans la LNH d’aujourd’hui, mais quand même plus simple de le faire avec des gars qui n’ont pas les moyens de défier le plan de match. 

Et si ce même plan sert la cause d’une majorité de vétérans de ton groupe de leaders, tu peux travailler l’esprit tranquille et jouir de l’œuvre de tes schémas exécutés sous tes yeux lors des rencontres.  

Schémas hermétiques 

Ces schémas sont refermés, repliés, défensifs, hermétiques, éteignoirs... Bref, ces schémas sont plates !  

Mais ils servent très bien la cause de quatre joueurs importants. Carey Price, devant qui on limite les chances de marquer. Shea Weber, qui s’économise fabuleusement sur la glace tout en s’éclatant offensivement. Phillip Danault, l’attaquant le plus utilisé et pour cause : il sert d’abord à contrer les meilleurs rivaux.  

Et Brendan Gallagher, qui est toujours debout sur la pédale d’accélération.  

Talent insuffisant 

Rendre ces quatre leaders heureux c’est s’assurer que tout baigne dans l’huile. Car point de Drouin, il ne reste que Domi et Tatar pour revendiquer plus d’expression du talent brut sur la glace.  

C’est insuffisant. Surtout qu’il faut ajouter les 7-8 gars qui chaque soir endossent l’uniforme alors qu’ils pourraient facilement endosser celui du Rocket de Laval. Ça donne à Julien un contingent à son goût, et il passe, dans les circonstances, pour un génie. 

Dans l’attente 

Comme on a cruellement besoin de croire, de se raccrocher à du positif en ce qui a trait à notre Dieu hockey, la Sainte-Flanelle, on achète à crédit ce constat. Cela ne m’empêche pas d’écrire ici que j’ai franchement hâte que l’on trouve autant de réconfort et de satisfaction à voir le Canadien gagner des matchs en étant meilleur que l’autre sur la base du pur talent de ses joueurs.       

Coup de cœur 

Panthers c. Canadiens
Photo d'archives

Jean Pagé. Issue de la constellation des géants au veston bleu poudre de la grande tour, sa vraie nature fut révélée à 110 %. Il était un homme bon et respecté de tous, car il respectait tout le monde. Les statuts sociaux n’existaient pas avec Jean. Il savait que le moins souhaité de ses collaborateurs serait excellent s’il le traitait avec autant de respect que les autres. Surtout, il servait le public, une denrée pour le moins rarissime dans ce milieu. Repose en paix grand homme. 

Coup de gueule 

Ç’a tellement été une belle saison. Une forme de renaissance qui laissait entrevoir une relance solide. Voilà que le dossier de la vente des Alouettes se remet à traîner en longueur. Pire. Le nom des Wettenhall ressurgit dans la conversation. Il faut que ce soit une vulgaire blague ? Dire que le groupe d’Éric Lapointe semblait le plus solide et déterminé à concrétiser l’achat de l’équipe. Il se passe quoi au juste ? Quelqu’un peut offrir des vraies réponses svp ?  

Un p’tit 2 sur... 

Il est trop tôt, je sais, car ce p’tit deux devra être validé en juin 2021, soit lorsque Carey Price partira lancer la nouvelle concession de Seattle. La lente passation des pouvoirs devant la cage du CH est amorcée. Le prochain tenant du trône s’appelle Primeau et il jouera encore une saison et demie les secundo. Si on peut juste prendre le temps d’apprécier avoir le luxe d’un tel tandem de gardiens plutôt que réclamer le départ prématuré du Roi et le couronnement du p’tit Prince...